La pratique des 3-2-1 est la règle d’or pour les backups, confirme Mike Reseller, Evangelist EMEA. Concrètement: gardez trois copies de vos , sur deux supports différents, dont un se trouve hors site.

Si votre organisation n’a pas encore appliqué cette règle, corrigez de toute urgence. Ne conserver qu’un seul de vos données est un pari risqué. De plus, si une seule donnée de cet unique manque ou est corrompu -cela arrive plus souvent qu’on ne le pense- il n’aura plus aucune valeur au moment de lancer une restauration.

Aussi simple qu’elle puisse paraître, se tenir à cette règle n’est pas toujours facile, particulièrement lorsque les budgets sont serrés. Voici quatre conseils pour mettre en place la meilleure solution de backup qui soit.

1- Testez vos backups régulièrement

Un backup n’a pas de sens si vous n’êtes pas certain de son fonctionnement après un crash. Le seul moyen de s’en assurer est de la tester, idéalement en effectuant une restauration complète de vos données. Ceci n’est possible que dans un environnement virtualisé, où une copie de sauvegarde peut-être restaurée en quelques minutes sur un serveur virtuel temporaire, autant de fois que vous le souhaitez, ce qui est en soi une raison suffisante d’envisager la virtualisation si vous ne vous êtes pas déjà lancé dans cette voie.

2- Utilisez la technique de déduplication

Pour éviter le problème des données corrompues, l’idéal est de créer deux backups indépendants de vos données de production. Mais cela peut devenir extrêmement coûteux puisque la quantité de données à stocker augmente sans cesse. La déduplication économise de l’espace de stockage (et de l’argent) en factorisant des séquences de données identiques. L’espace préservé peut être considérable: il est tout à fait possible de réduire un backup de 1Tb à seulement 50Gb. La déduplication permet par ailleurs d’implémenter plus facilement le conseil suivant.

3- Envisagez un service de pour votre sauvegarde hors site

Si votre bâtiment brûle, s’il est inondé ou subit une catastrophe quelconque, votre salut ne viendra que de votre backup hors site. Utiliser des services basés sur le cloud a de nombreux avantages : ils peuvent se faire en tâche de fond, aucun matériel n’est à transporter et vous pouvez potentiellement restaurer vos données depuis n’importe où. Par contre, le besoin en bande passante peut être un problème selon le pays où l’on se trouve. N’envoyer que des données dédupliquées hors site réduit drastiquement les besoins de bande passante. Vous pouvez également utiliser la technologie d’accélération WAN pour encore réduire le nombre de données à envoyer. Ou encore, effectuer la première sauvegarde –par définition la plus lourde– sur bande ou sur disque dur avant de l’installer hors site, est aussi une bonne idée.

4- Les backups sur bandes sont toujours viables

Si les backups dans le cloud dépassent votre budget où vos besoins, l’ancien format de stockage sur bandes est toujours viable. Ce support n’est pas recommandé pour vos backups de premier niveau à cause de la durée que demande une restauration depuis une bande, mais c’est bon marché, disponible partout et extrêmement durable. Même les environnements virtualisés peuvent aujourd’hui être facilement sauvegardés sur bande, ce qui en fait une bonne option pour les backups hors site. N’oubliez simplement pas de conserver un lecteur de bande!

Sommaire
Titre
Backups: privilégiez la règle des 3-2-1
Description
La pratique des 3-2-1 est la règle d’or pour les backups, confirme Mike Reseller, Veeam Evangelist EMEA. Concrètement: gardez trois copies de vos données, sur deux supports différents, dont un se trouve hors site.
Auteur