Luxembourg Internet Days 2016, couleur blockchain

par | Nov 24, 2016 | Business | 0 commentaires

Coup d’envoi, lors des Luxembourg Internet Days 2016, de l’initiative Infrachain réunissant une poignée d’acteurs privés et publics autour de la blockchain. 

«Ce que vous voyez aujourd’hui est une part du futur, notamment des transactions de demain», lançait en ouverture de séance des Luxembourg Internet Days 2016, Marco Houwen, Chairman, LU-CIX. Invité d’honneur, Xavier Bettel, Premier ministre et ministre de la Communication et des Media, donna le coup d’envoi de la cinquième édition en annonçant Infrachain, initiative fédérant des acteurs privés et publics autour de la blockchain.

L’objectif ? Découvrir et identifier les impératifs à la mise en route d’une infrastructure. «Pendant que les autres en parlent, nous nous agissons !», déclarait Xavier Bettel -un Premier ministre qui a l’ICT dans son ADN et dont le rêve est de créer au Grand-Duché une société de l’information au bénéfice de chaque citoyen. «Nous jouons la carte de l’IT non pour survive, mais pour croître dans l’économie; nous voulons être des acteurs, non des spectateurs et continuer à agir ensemble comme nous le faisons déjà…»

Alors qu’il avait dévoilé l’ébauche de LUC-CIX 2.0, l’an dernier, le Premier ministre annonce aujourd’hui LUX-CIX 3.0 et dit qu’il va intensifier la coopération avec les acteurs de la place pour la promotion économique du pays. Ce qui se concrétise avec la nouvelle plateforme datacenters-in-europe.com, conçue comme un one-stop-shop. D’une manière générale, Xavier Bettel se félicite du dynamisme de l’ICT grand-ducal et notamment de LU-CIX, dont le nombre de membres -actuellement 62 !- ne cesse de croître. Aussi, soutiendra-t-il LUX-CIX pour une durée de six ans, afin de développer un nœud d’échange internet performant, neutre et sécurisé, élément capital à l’économie nationale.

Focus de l’événement, la blockchain. «La blockchain constitue un changement de paradigme pour les monnaies, la finance, l’audit, le légal et bien d’autres secteurs encore, note Laurent Kratz, co-founder of Scorechain et CEO de Neofacto. Il s’agit d’un système élémentaire pour la comptabilité dont la technologie repose sur la distribution de bases de données, d’informatique distribuée, de la technologie P2P, de la cryptologie et d’API.» La blockchain demande de la masse. En simplifiant on peut dire ‘in cryptology we trust’. Pour Laurent Kratz, Bitcoin a été la première matérialisation de la blockchain, son étape paléo-chain !

«Par défaut, les adresses blockchain sont anonymes et il est possible de transférer une identité à une adresse blockchain simplement par la création d’un certificat», souligne Pascal Rogiest, CEO, Luxtrust. Et d’ajouter que «l’identité digitale est un sujet brûlant qui crée pas mal de confusion au niveau des données personnelles». Ce qui introduit la solution Luxtrust, une Identity Platform pour People & Things, basée sur le consentement entre les acteurs, entre les clients et fournisseurs de services. Avec cette solution, le client a un contrôle total sur son identité, par rapport aux données les plus importantes, une fenêtre unique pour la gestion de son identité, le tout par un simple clic pour signer et se connecter.

De son côté, Joseph Lubin, founder, Consensys, considère le Bitcoin comme une monnaie décentralisée, mais extrêmement volatile. Ce qui lui permet de vanter Ethereum. Décrite par ses développeurs comme «la première plateforme avec zéro infrastructure», Ethereum est un protocole de pair-à-pair, où les applications et contrats sont maintenus sur chacune des machines connectées au réseau sans avoir de serveurs centraux.

Cette technologie est une révolution dans la manière dont nous approchons les modèles d’applications et de contrats, basés sur une approche fermée d’entités centrales qui contrôlent et valident les transactions. Ceci aura des conséquences importantes dans les modèles économiques des entreprises nouvelles type Uber ou AirBnb qui agissent comme des points centraux pour les transactions en se rémunérant d’un faible pourcentage. Et Joseph Lubin d’imaginer le futur de l’IT avec des tas d’entreprises blockchain, des consortium blockchain privés, des blockchain publics, abolissant ainsi l’entreprise papier !

«La blockchain, c’est passer du centralisé au décentralisé, aller de l’investisseur à l’Asset Management en ligne direct», ajoute Fabrice Croiseaux, CEO, InTech. La blockchain améliore l’expérience client, réduit les coûts et accroît la conformité. «Mais un smart contract n’est pas un contrat, tant qu’il n’est pas en accord avec la loi !» Si la confidentialité repose sur des pseudonymes, en revanche, ceux-ci ne sont pas toujours possibles et les compétiteurs souvent enclin à retenir les informations.

Enthousiasme chez IBM qui voit la blockchain comme levier de Business Network, d’actif, de marché bousier, etc. «Il y a deux assets fondamentaux : l’intangible et le cash. La blockchain est faite pour les transferts entre assets», note John McLean, Vice President Blockchain Global Engagement Executive, IBM. Qui estime que la blockchain pour le monde des affaires doit reposer sur quatre piliers : les smart contracts, à savoir les conditions de la transaction contenues dans la base de donnée et exécutées lors de la transaction; le Privacy, qui doit assurer la visibilité appropriée et une transaction sécurisée et vérifiable; le Consensus des parties pour la vérification et le Share Ledger, système de contrôle du Business Network. Pour IBM, la blockchain permet de gagner du temps, réduire les coûts et augmenter la confiance.

Jean-Claude Quintart

Xavier Bettel signe un accord de coopération financière avec LU-CIX

62 membres ! Depuis sa création il y a sept ans, LU-CIX s’est développé en un élément essentiel du paysage luxembourgeois de l’industrie des télécoms et de l’Internet. Nouvelle étape aujourd’hui via un accord de coopération financière de 6 ans avec l’organisation. «Cela permettra à LU-CIX d’offrir un service fiable à l’économie numérique luxembourgeoise, a commenté le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel. C’est un des nombreux éléments de l’initiative Digital Lëtzebuerg, à travers laquelle nous aspirons non seulement à doter ce pays d’une connectivité excellente, mais aussi de s’efforcer d’exceller aussi dans toutes les autres thématiques où la digitalisation nous offre de nouvelles opportunités.»

Toujours dans le cadre de l’initiative Digital Lëtzebuerg, Xavier Bettel a annoncé le lancement de l’initiative Infrachain. La signature récente d’un mémorandum of understanding entre cinq acteurs privés et publics (Digital Letzebuerg, CTIE, LuxTrust, Telindus et InTech) vise à élaborer une infrastructure blockchain commune.

Les travaux débuteront immédiatement par la constitution de groupes de travail dont les objectifs sont d’établir une structure de gouvernance, de mettre en place une base technique commune et de rendre cette infrastructure conforme au cadre juridique en vigueur. Outre les cinq acteurs signataires, la participation aux groupes de travail est ouverte à tous les acteurs désirant contribuer à l’initiative.

La création d’une infrastructure blockchain de confiance, élaborée de manière commune par les secteurs public et privé, vise à faciliter le déploiement de solutions basées sur la technologie blockchain, tant pour des start up que pour des acteurs établis, dans un cadre régulé favorisant la confiance pour les utilisateurs finaux et les investisseurs.

Recevez les prochains articles par email, tous les mardi

Dans solutions Magazine de Mars

Solutions Magazine consacrera bientôt des dossiers spéciaux sur : GDPR, Collaboration & Video, Home Protection

> Je désire de la visibilité sur ce sujet
> M'abonner au mensuel papier

Pub

EMC
Sommaire
Luxembourg Internet Days 2016, couleur blockchain
Titre
Luxembourg Internet Days 2016, couleur blockchain
Description
Coup d’envoi, lors des Luxembourg Internet Days, de l’initiative Infrachain réunissant une poignée d’acteurs privés et publics autour de la blockchain.
Auteur
Editeur
Soluxions Magazine
Logo