avec et 100% flash avec XtremIO: tels sont actuellement les deux porte-drapeaux de , qui multiplie les succès au . Excellent niveau d’adoption de ViPR, plate-forme de virtualisation et de gestion du stockage, et très beaux résultats avec XtremIO, la baie 100% Flash la plus vende aujourd’hui sur le marché, confirme , aux commandes de la filiale luxembourgeoise de EMC depuis le 1er septembre dernier.

Faut-il s’en étonner ? EMC maintient son objectif: aller plus loin dans la simplification d’infrastructure avec une automatisation et une intégration poussées au maximum. «Simplifier l’infrastructure et l’opérationnel est en ligne avec les trends d’aujourd’hui: faire plus avec moins et pour l’efficience optimale. Nous avions déjà fait de solides avancées avec nos architectures Converged, qui ont d’emblée rencontré un formidable succès au Luxembourg. On continue…»

ViPR bouscule le stockage. Le logiciel inclut une couche de contrôle du stockage, baptisée ViPR Controler, qui expose un ensemble d’API au travers desquelles il est possible de piloter et d’automatiser le provisioning de l’ensemble des baies EMC, mais aussi de baies concurrentes. Et avec ViPR Services, EMC peut fournir des services objet et HDFS (et prochainement des services de partage de fichiers NFS) au-dessus des systèmes de stockage administrés.

Simplification et efficacité aussi avec XtremIO. Les arguments de EMC sont imparables: un rapport densité performances très élevé puisqu’il est possible avec une configuration de quelques unités de rack de délivrer des niveaux de performances qui n’étaient encore imaginables voici cinq ans qu’avec plusieurs racks de baies de disques durs. De là, des économies évidentes, notamment en énergie.

Cette année, EMC entend multiplier les PoC (Proof of Concept) au Luxembourg. «Nous avons atteint un tel niveau de capacité de transformation des activités de nos clients qu’il faut leur laisser la possibilité de tester et valider nos solutions, confirme Pierre Hénin. On nous voit encore comme un fournisseur de capacité de stockage, alors que nous sommes plus ‘éditeur’ que ‘constructeur’. De fait, si le logiciel a pris une place majeure dans la stratégie du groupe, c’est à une migration fondamentale à laquelle EMC convie le marché, notamment via le Sotfware-Defined Storage, étendu au Software-Defined Data Center via les offres de la filiale VMware.»

 

Fédérer des compétences au Luxembourg

Le big data, c’est comme le sexe chez les adolescents: tous en parlent, personne ne sait vraiment comment le faire; tout le monde pense que tout le monde le fait, donc tout le monde prétend le faire !

Si le big data a été le buzzword de 2014 de la planète ICT, en particulier au Luxembourg, une seule question revient sans cesse, lancinante: comment s’y prendre ? Et là, hormis les offres très standardisées des principaux acteurs, on ne voit pas grande chose ! Ce qui veut dire que, pour la plupart des entreprises et organisations, la question du démarrage reste sans -bonne- réponse. Pour Pierre Hénin, à l’origine de cette réflexion, il y a un énorme déficit d’information entre l’offre technologique et la façon d’appréhender le big data, donc l’usage des données

Que puis-je vraiment faire ? Et comment ? Voilà les vraies questions. Un projet big data n’est pas qu’un projet technologique. Il doit relier un problème métier à un modèle mathématique, en s’attaquant par exemple aux problématiques de fidélité des clients, de fraudes (en déterminant les profils à risques), de gestion des stocks, d’ordonnancement et de ranking (dans quel ordre je dois présenter les choses), de prix, d’anticipation de séquences d’événements, etc.

«Il n’est pas facile de prendre des décisions technologiques concernant le big data. Si j’étais CTO, je ne serais pas à l’aise, parce que le nombre d’offres technologiques est supérieur à la demande… et que cette demande a du mal à s’exprimer !», observe encore Pierre Hénin.

De là, l’idée de créer un éco-système pour acquérir cette compétence locale. Générer, aussi, de la capacité d’exécution propre au Luxembourg. EMC et sa filiale Pivotal seront de la partie, c’est évident, mais aussi des partenaires au sens étendu. La démarche a donc valeur d’invitation.

Les objectifs de cet écosystème sont multiples. D’abord, prioritairement, rassembler les connaissances, expériences et technologies du big data et les valoriser. Ensuite, offrir un espace de dialogue et d’échange aux utilisateurs potentiels en leur donnant la possibilité de partager leurs expériences, d’améliorer leurs connaissances du domaine.

«Je cherche à voir qui veut participer, comment et dans quel contexte. Le moment est opportun, assure Pierre Hénin. En 2014, il fallait encore évangéliser; en 2015, il s’agit de pouvoir répondre aux demandes. Je souhaite une approche pragmatique pour le Luxembourg… A travers mes visites en clientèle, et plus généralement à travers mes contacts, l’intérêt s’affine: au début, c’était l’analyse et le http://www.solutions-magazine.com/easi-best-workplace-2015/ stockage de grosses volumétries, désormais c’est davantage l’interrogation des données et la vitesse de traitement. Cette évolution ne trompe pas: le besoin de concrétiser est bel et bien là !»

Sommaire
Titre
Cet autre EMC qui avance. Et s'impose
Description
EMC maintient son objectif: aller plus loin dans la simplification d’infrastructure avec une automatisation et une intégration poussées au maximum
Auteur