Cybersécurité, à peine 11% de femmes. Pourquoi ?

par | Mar 11, 2019 | Expérience | 0 commentaires

La plupart des jeunes femmes ne souhaitent pas faire carrière dans la cybersécurité, pourtant en pénurie croissante de compétences. Analyse des raisons.

Un tiers des adolescentes interrogées pensent que les professionnels de la cybersécurité sont des geeks. Du coup, 78% d’entre elles indiquent n’avoir jamais envisagé une carrière dans ce domaine. A l’arrivée, seules 11% de femmes compteraient parmi les effectifs de cybersécurité aujourd’hui, un facteur qui ne fait qu’aggraver le manque de cyber-spécialistes, souligne le cabinet Arlington Research qui a réalisé pour le compte de Kaspersky Lab une étude auprès de 4000 jeunes de 16 à 21 ans répartis uniformément entre les deux sexes en France, et également au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Israël et aux Pays-Bas.

Contrairement à ce que la plupart des gens pensent, les jeunes femmes ont les compétences requises pour postuler à des emplois dans la cybersécurité. Elles perçoivent bel et bien ces métiers comme utiles pour la société et la majorité d’entre elles ont eu des échanges positifs avec le secteur… Alors quelle données nous échappent ? Pourquoi cela ne se traduit-il pas par un nombre accru de femmes faisant carrière dans la sécurité informatique ? «Nous pensons que le problème réside dans la chaîne d’événements et d’influences qui mène au choix d’une carrière et qui doit se construire dès que les jeunes filles commencent à réfléchir à leur futur métier, estiment les chercheurs d’Arlington Research. Des conseils et renseignements glanés à l’école aux recommandations des amis et des proches, en passant par les interactions avec les entreprises et les médias, soit il y a un chaînon manquant et le lien ne se fait pas, soit il y a un maillon faible et la chaîne se brise…»

Il n’y a pas de modèle féminin dans la cybersécurité

Si les femmes ne font pas carrière dans la cybersécurité, cela tient sans doute, en premier lieu, au fait qu’elles n’ont aucune femme connue ou influente dans ce domaine dans leur entourage. Sans femme à admirer et sur laquelle prendre exemple, elles ont toutes les raisons de se dire que ce n’est pas un secteur pour elles !

Seuls 20% des jeunes (un sur cinq) ont une idée précise de ce que fait un expert en cybersécurité; un ratio en progression puisqu’ils n’étaient que 14% en 2016. Notons toutefois que les hommes sont plus nombreux que les femmes à comprendre ce qu’implique cette fonction, ce qui est directement lié au manque de modèles féminins dans le secteur. Les experts et commentateurs clés qui interviennent dans les médias sont par exemple en majorité des hommes.

Les salons professionnels et les événements du secteur sont aussi généralement à dominante masculine, ce qui peut être, là encore, une raison suffisante pour que les jeunes femmes se détournent d’une carrière dans cette branche.

Promouvoir la profession

La plupart des jeunes interrogés (69%) n’ont jamais rencontré de professionnel de la cybersécurité. Et sur les 31% restant, ce professionnel de la cybersécurité était une femme dans seulement 11% des cas…

Mais après avoir rencontré des professionnels du secteur, l’opinion de ces jeunes sur ce métier change considérablement. Et en bien. Ainsi, 63% des femmes ont un avis plus positif sur la cybersécurité après avoir rencontré quelqu’un qui travaille dans ce domaine. Pour Arlington Research, «cela montre clairement l’impact des modèles dans la promotion du secteur dans son ensemble et à quel point les personnalités féminines peuvent être mises à contribution pour faire de la cybersécurité une proposition plus attrayante pour les femmes, et ainsi résorber la pénurie de compétences actuelle.»

La dynamique sur le lieu de travail entre également en jeu puisque 42% des sondés pensent qu’il est important d’avoir un modèle de même genre et la moitié des femmes préférerait travailler dans un environnement où la répartition est égale entre les hommes et les femmes (comparé aux 42% d’hommes qui n’ont pas de préférence), ce qui nous place dans un cercle vicieux.

Soutenir les employés

Si elles veulent attirer la nouvelle génération d’employées, les entreprises doivent consentir à chercher au sein de leur société des figures représentatives capables d’inspirer les jeunes femmes. Le manque de modèles féminins est au cœur de la problématique de la chaîne d’influences qui mène au choix d’une carrière et doit être résolu pour que le lien se fasse et que la perception du secteur change positivement.

L’importance des modèles constitue le lien indispensable pour s’attaquer à tous ces changements et permettre à tous ces maillons de tenir ensemble. Le résultat de l’étude est sans appel : les femmes ont besoin – plus que les hommes- de modèles du même genre sur lesquels prendre exemple, et ont envie de travailler dans un environnement où il y a autant d’hommes que de femmes.

Or, à l’heure actuelle, le secteur de la cybersécurité ne peut leur offrir ces deux conditions. Pour que cela change, il faut que les femmes déjà présentes dans le secteur acceptent à l’avenir d’endosser le rôle de modèles. Bien entendu, les entreprises ont également un rôle crucial à jouer dans la promotion et le soutien de leurs employées. Il est indispensable pour le secteur de travailler plus étroitement avec les écoles et les universités afin de faire passer les bons messages, au bon moment et de la bonne manière.

 

Dans solutions Magazine de Mars

Solutions Magazine consacrera bientôt des dossiers spéciaux sur : GDPR, Collaboration & Video, Home Protection

> Je désire de la visibilité sur ce sujet
> M'abonner au mensuel papier

Pub

Sommaire
Cybersécurité, à peine 11% de femmes.  Pourquoi ?
Titre
Cybersécurité, à peine 11% de femmes. Pourquoi ?
Description
La plupart des jeunes femmes ne souhaitent pas faire carrière dans la cybersécurité, pourtant en pénurie croissante de compétences. Analyse des raisons.
Auteur
Editeur
Soluxions Magazine
Logo