Le Luxembourg mise sur les clés quantiques

Déc 8, 2022 | Cyber Security | 0 commentaires

Via le projet INT-UQKD, le Luxembourg aborde le virage quantique. Demain, les clés quantiques révolutionneront la cybersécurité ! Derrière la technologie, un pas de plus vers la souveraineté.

La cybersécurité traditionnelle a vécu. Demain, elle sera nécessairement quantique. Et, dans ce cadre, le Luxembourg entend jouer un rôle de premier plan. Hier, RHEA System Luxembourg S.A., POST Luxembourg, HITEC Luxembourg et le SnT (Interdisciplinary Centre for Security, Reliability and Trust) de l’Université du Luxembourg ont avancé  l’état d’avancement de INT-UQKD, leur projet de solution de cybersécurité de nouvelle génération, basée sur la distribution de clés quantiques, en partenariat avec les leaders singapourien SpeQtral et canadien evolutionQ.

Le projet est d’envergure. Voire révolutionnaire. Depuis environ 50 ans, le système d’infrastructure à clé publique constitue la base cryptographique permettant aux entreprises de sécuriser leurs systèmes électroniques, ainsi que les personnes qui les utilisent. Mais l’avenir dessiné par l’informatique quantique signifie que les algorithmes cryptographiques existants, qui assurent aujourd’hui la confidentialité et la sécurité des données, seront très facilement piratables. De toute évidence, ils deviendront rapidement obsolètes.

Développement futur de solutions européennes souveraines

Pour les experts internationaux, la distribution de clés quantiques devrait être la prochaine étape majeure en matière de fourniture d’applications et de connectivité cybersécurisées. En effet, l’utilisation de clés quantiques permet d’assurer l’intégrité des communications et flux numériques ? Toutefois, elle nécessite des réseaux de fibres optiques spécialement équipés ainsi que des réseaux hybrides satellites et terrestres pour les communications longue distance.

En partant du point de vue de l’utilisateur, le projet INT-UQKD s’attachera à répondre aux problématiques concrètes de sécurisation des communications numériques de bout en bout. Elle facilitera aussi l’intégration des solutions dans des systèmes d’ existants aujourd’hui au sein d’environnements opérationnels.

L’ensemble du projet portera sur la définition, la justification et la validation de cas d’usage pour orienter le développement futur de solutions européennes souveraines, menant vers un service de gestion de clés quantiques pour les organisations et finaux.

Trois ans, 8 millions EUR

« Une démonstration des cas d’utilisation réels de l’infrastructure de quantique que l’Europe et ses pays envisagent de bientôt déployer était indispensable. Le programme INT-UQKD la concrétise », souligne Pascal Rogiest, Directeur exécutif de la Stratégie de RHEA Group et Directeur Général de RHEA System Luxembourg.

L’ESA, l’Agence spatiale européenne, qui a déjà lancé des initiatives sur ce sujet comme EuroQCI avec une série de partenaires autour de SES et de son satellite spécifique Eagle-1, apportera 5,6 des 8 millions EUR dans le projet qui s’étirera sur trois ans, les partenaires privés complétant le tour de table et, surtout, libérant les équipes pour avancer, a indiqué la directrice des télécommunications et des applications intégrées de l’ESA, Elodie Viau. La et la Grèce ont déjà manifesté le souhait de rejoindre ce projet, connexe à d’autres projets de l’ESA comme Iris-2, le programme de connectivité sécurisée.

« Le projet INT-UQKD est unique car il offre la possibilité d’utiliser le satellite SpeQtral-1 comme banc d’essai réel sur trois continents », estime Prof. Björn Ottersten, Directeur du SnT. Du concret, donc. Et des perspectives. « POST anticipe la généralisation de l’informatique quantique, avec pour objectif à long terme de fournir des niveaux de cybersécurité toujours plus élevés », conclut Pierre Zimmer, directeur général adjoint, POST Luxembourg.