Net zero, ne vous engagez pas à la légère !

Fév 6, 2024 | Data Center | 0 commentaires

Evitez les déclarations trop ambitieuses. Le Net Zero est encore loin. Et l'atteindre sera difficile, prévient , Executive Director of Research, Uptime Institute.

Le Net zero n'est toujours pas en vue, alors même que l'Uptime Institute a mis en garde à plusieurs reprises dès 2018 contre la probabilité d'un renforcement de la législation et d'une pression publique accrue.

La pression en ce sens n'a pas été suffisamment forte, analyse Andy Lawrence, Executive Director of Research, Uptime Institute. Il est vrai que les améliorations de l'efficacité énergétique et des performances des processeurs ainsi que l' accrue du ont freiné la consommation d'énergie et de carbone, tandis que l'efficacité des installations s'est progressivement améliorée.

« Cette ‘green honeymoon' touche néanmoins à sa fin. Et pour certains, cela sera à la fois douloureux et coûteux. Dès cette année, dans de nombreux pays, de nouvelles législations et un durcissement des exigences imposeront des reporting carbone plus stricts. Celles-ci tenteront de garantir que les promesses des entreprises sont à la fois réalistes et fondées sur des preuves… »

La période à venir sera exigeante

Il sera difficile d'atteindre ces objectifs. Andy Lawrence met en avant le développement de logiciels et de processeurs, la disponibilité d'énergie renouvelable dans le réseau électrique ou bien encore la capacité des organisations utilisant l'infrastructure numérique à contenir ou à réduire leur consommation d'énergie et leurs émissions de carbone. « En fin de compte, ces pressions pourraient se combiner pour encourager l'adoption généralisée de stratégies de développement plus agressives. »

Uptime Institute prévoit une période difficile pour le secteur de 2024 à 2030, alors que les organisations ne respectent pas les objectifs et les exigences en matière de reporting en matière de développement durable, se battent avec les régulateurs et même certains partenaires, et peinent à aligner leurs objectifs commerciaux sur des objectifs de développement durable plus larges.

C'est ainsi qu'en août dernier, l'initiative SBTi (Science Based Targets), soutenue par l'ONU, a retiré les opérations d'Amazon -y compris AWS- de sa liste d'entreprises engagées, l'hypeerscaler n'ayant pas réussi à valider son objectif zero net selon les critères scientifiques du SBTi…

« Cela fait partie d'une tendance plus large, constate Andy Lawrence. Le CDP, anciennement connu sous le nom de Carbon Disclosure Project, a récemment déclaré que sur les 19 000 entreprises ayant des plans enregistrés sur sa plateforme, seules 81 étaient crédibles ! »

Une déconnexion évidente

Dans les années à venir, les sociétés de grande taille et cotées dans la plupart des grandes économies devront déclarer leurs émissions de carbone et leurs risques liés au climat, parfois en vertu de la loi sur l'information financière ou par le biais de directives spéciales – la CSRD (Corporate Sustainability Reporting Directive) de l'Union européenne et la Climate Corporate Reporting de la Californie. La Securities and Exchange Commission des États-Unis exigera également à terme certaines informations sur les émissions et les risques des sociétés cotées.

Dans certains pays, voire certaines régions, la déclaration et l'amélioration de la consommation d'énergie seront requises. La dernière refonte de la directive européenne sur l'efficacité énergétique (DEE), finalement publiée en octobre 2023, comporte des exigences détaillées en matière de reporting pour les centres de données qui incluent l'utilisation des équipements informatiques et réseau. « La mise en œuvre allemande de la DEE va encore plus loin en fixant des niveaux de PUE et des exigences en matière de réutilisation de la chaleur. Cela nécessite des rapports distincts de la part des propriétaires et des opérateurs informatiques dans les centres de données de colocation. »

Net zero, décalage entre les engagements publics et les entreprises

On constate également une évolution vers plus de précision et de responsabilisation au niveau non-gouvernemental. Les principes de mesure et de reporting des émissions de carbone qui sous-tendent, par exemple, tous les objectifs de zéro émission nette des entreprises ont tendance à être convenus au niveau international par des institutions telles que le World Resources Institute et le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable. « A leur tour, ceux-ci sont utilisés par des organismes tels que le SBTi et le CDP. Ici aussi, les normes sont réécrites, de sorte que, par exemple, le recours à la compensation carbone devient moins acceptable, obligeant les opérateurs à acheter directement de l'énergie sans carbone. »

Avec tous ces développements en cours, il existe un décalage surprenant entre bon nombre des engagements publics des pays et des entreprises et ce que font actuellement ou sont capables de faire la plupart des organisations d'infrastructure numérique. Les décalages peuvent être importants.

« Cela s'explique notamment par le fait que les responsables informatiques et responsables du développement durable ne collectent pas toujours toutes les données sous-jacentes, mais peuvent utiliser des modèles et des estimations de plus haut niveau. Bien que cela puisse être légalement acceptable, cela ne fournira pas les données nécessaires pour identifier les déchets et apporter les améliorations critiques et détaillées nécessaires pour réduire l'empreinte carbone numérique. »

Lors d'entretiens avec des entreprises et des sociétés de colocation, Uptime Institute a également constaté que la plupart de ceux qui s'intéressent à la réduction de la consommation d'énergie ou à la collecte de données sur le développement durable ont des contacts limités avec les équipes de développement durable ou de direction.

Autres défis

La déclaration précise et opportune des émissions de carbone et d'autres données sera assez difficile pour de nombreux opérateurs d' numériques, en particulier si cela s'étend au scope 3 (émissions intégrées, de tiers et de la chaîne d'approvisionnement). Mais les opérateurs seront finalement confrontés à un défi qui sera non seulement plus difficile, mais qui pourrait nécessiter des investissements importants : réduire les émissions, que ce soit en termes absolus ou par rapport à la charge de travail globale de l'entreprise !

« Réduire les émissions n'a jamais été facile, alors pourquoi cela pourrait-il devenir plus difficile, questionne Andy Lawrence. La première série de problèmes concerne l'. Au cours des cinq dernières années, les améliorations de type loi de Moore en matière de performances des processeurs ont ralenti, complété ou remplacé les processeurs multicœurs et les GPU. Ceux-ci effectuent plus de travail, mais nécessitent également plus d'énergie, ce qui augmente les besoins en énergie et en refroidissement à la fois au niveau du serveur et de manière globale dans les centres de données. Un refroidissement considérablement amélioré une meilleure utilisation de l'informatique et une gestion meilleure et plus intelligente des charges de travail seront nécessaires pour éviter une consommation d'énergie et des émissions de carbone galopantes… »

Focus, aussi, sur le réseau énergétique. Dans la plupart des régions, il faudra des décennies avant que les réseaux soient capables de fonctionner la plupart du temps ou en permanence sans émissions de carbone. Mais les normes de reporting carbone nécessiteront de plus en plus l'utilisation d'énergies locales sans carbone (ou énergies renouvelables). « Alors que de plus en plus d'opérateurs de centres de données cherchent à acheter de l'énergie sans carbone pour atteindre leurs objectifs zero net, le de celle-ci -quand elle est disponible- ne fera qu'augmenter, prévient Andy Lauwrence. Acheter suffisamment d'énergie sans carbone pour répondre à toute la demande en mode 24/7 sera, au mieux, coûteux ; au pire, impossible ! »

La consommation d'énergie pourrait monter en flèche

Dernier problème, l'explosion continue de la croissance de la charge de travail. La consommation d'énergie des centres de données est actuellement estimée entre 150 térawattheures (TWh) et 400 TWh par an. « Même sans l'IA générative, on s'attend à ce qu'elle augmente de manière significative, certaines prévisions prévoyant que ce volume doublera, voire plus, au-delà de 2030, à mesure que les charges de travail augmenteront. Avec l'IA générative -dont l'impact global n'est pas encore entièrement compris- la consommation d'énergie pourrait exploser, mettant à rude épreuve les réseaux électriques et les chaînes d'approvisionnement et, donc, rendant les objectifs d'émission de carbone encore plus difficiles à atteindre. »

De toute évidence, pour la plupart des opérateurs d'infrastructures numériques, il sera non seulement très difficile d'atteindre les objectifs d'émissions de carbone déclarés, mais que les nouvelles exigences en matière de reporting signifieront que nombre d'entre eux échoueront, conclut Andy Lawrence. Cela pourrait coûter cher et nuire à la réputation. Les gestionnaires doivent travailler en étroite collaboration avec tous les départements fonctionnels et partenaires appropriés pour développer une stratégie basée sur des objectifs réalistes et des données réelles. « Personne ne devrait annoncer ses objectifs sans avoir préalablement effectué ce travail ! »