Notre santé au coeur des «IBM 5 in 5»

par | Jan 10, 2017 | Expérience | 0 commentaires

Selon IBM, des innovations scientifiques révolutionnaires au bénéfice de notre santé peuvent être attendues au cours des cinq prochaines années. 

Focus sur l’amélioration de notre santé. Avec l’IA, nos paroles seront la vitrine de notre santé mentale. Par ailleurs, des laboratoires médicaux «sur puce» nous serviront de détectives de santé pour déceler les maladies à une échelle nanométrique. «Avec des avancées dans l’intelligence artificielle et la nanotechnologie, nous cherchons à inventer une nouvelle génération d’instruments scientifiques qui rendront les systèmes invisibles complexes de notre monde actuel visibles dans les cinq prochaines années», explique Dario Gil, Vice-President, Sciences & Solutions, IBM Research.

Aujourd’hui, en Occident, un adulte sur cinq souffre d’un problème de santé mentale, qu’il soit neurologique (Hungtington, Alzheimer, Parkinson, etc.) ou mental (dépression ou psychose), chaque année, et environ la moitié des individus avec des troubles psychiatriques sévères ne reçoit aucun traitement. «Dans cinq ans, ce que nous dirons et écrirons sera utilisé comme des indicateurs de notre santé mentale et de notre bien-être physique, prévoit IBM. La parole est une clé pour débloquer le cerveau. Des schémas relatifs à ce que nous disons et écrivons, analysés par de nouveaux systèmes cognitifs, fourniront des signes révélateurs du début de maladies mentales et neurologiques qui pourront aider les médecins et les patients à mieux prédire, contrôler et suivre ces maladies.»

Analyser le langage

Chez IBM, les scientifiques utilisent des transcriptions et des données audios d’interviews psychiatriques, combinées à des techniques de machine learning, pour trouver des schémas dans la parole pour aider les cliniciens à prédire et contrôler précisément la psychose, la schizophrénie, l’obsession et la dépression. Aujourd’hui, cela prend seulement 300 mots environ pour aider les cliniciens à prédire la probabilité de psychose chez un utilisateur.

À l’avenir, des techniques similaires pourraient être utilisées pour aider les patients atteints des maladies de Parkinson, d’Alzheimer, d’Huntington, du SSPT (Syndrome de Stress Post-Traumatique) et même de troubles comportementaux tels que l’autisme et le TDAH (Trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité). Les ordinateurs cognitifs peuvent analyser ce qu’un patient dit ou écrit pour rechercher des indicateurs révélateurs dans le langage, parmi lesquels le sens, la syntaxe et l’intonation. La combinaison des résultats de ces mesures avec celles des appareils portables et des systèmes d’imagerie (IRM et EEG) peut donner aux professionnels de santé une image plus complète de l’individu afin de mieux identifier, comprendre et traiter la maladie sous-jacente.

Ce qui était autrefois des signes invisibles deviendra des signes clairs de la probabilité que les patients entrent dans un certain état mental ou de la façon dont leur plan de traitement fonctionne, complétant les visites cliniques régulières avec des évaluations quotidiennes depuis leur domicile.

Des laboratoires médicaux «sur puce»

La détection précoce des maladies est cruciale, en particulier pour diagnostiquer plus efficacement des maladies comme le cancer ou Parkinson. On le sait, des informations sur l’état de notre santé peuvent être extraites de minuscules bioparticules dans des fluides corporels comme la salive, les larmes, le sang, l’urine et la transpiration. Les techniques scientifiques existantes font face à des défis pour capturer et analyser ces bioparticules, qui sont des milliers de fois plus petites que le diamètre d’un cheveu humain.

«Dans les cinq prochaines années, de nouveaux laboratoires médicaux sur puce serviront de détectives nanotechnologiques de santé -identifiant des indices invisibles dans nos fluides corporels et nous informant immédiatement si nous avons une raison de consulter un médecin, prévoit encore IBM. L’objectif est de réduire à une seule puce de silicium tous les processus nécessaires pour analyser une maladie qui serait normalement effectués dans un laboratoire de biochimie à grande échelle.»

La technologie de laboratoire-sur-puce pourrait finalement être conditionnée dans un appareil portable approprié pour permettre aux gens de mesurer rapidement et régulièrement la présence de biomarqueurs trouvés dans des petites quantités de fluides corporels, envoyant ces informations en streaming dans le cloud depuis leur domicile. Là, elles pourraient être combinées avec des données provenant d’autres appareils IoT, comme des moniteurs de sommeil et des montres connectées, et analysées par des systèmes d’IA pour fournir des informations utiles. Une fois rassemblé, cet ensemble de données nous donnera une vue en profondeur de notre santé et nous alertera des premiers signes de troubles, nous aidant ainsi à stopper les maladies avant qu’elles ne progressent.

À IBM Research, les scientifiques développent des nanotechnologies de laboratoires-sur-puce qui peuvent séparer et isoler les bioparticules d’un diamètre allant jusqu’à 20 nanomètres, une échelle qui donne accès à l’ADN, à des virus et à des exosomes. Ces particules pourraient être analysées pour potentiellement révéler la présence d’une maladie bien avant que nous n’ayons des symptômes.

Recevez les prochains articles par email, tous les mardi

Dans solutions Magazine de Mars

Solutions Magazine consacrera bientôt des dossiers spéciaux sur : GDPR, Collaboration & Video, Home Protection

> Je désire de la visibilité sur ce sujet
> M'abonner au mensuel papier

Pub

Sommaire
Notre santé au coeur des «IBM 5 in 5»
Titre
Notre santé au coeur des «IBM 5 in 5»
Description
Selon IBM, des innovations scientifiques révolutionnaires au bénéfice de notre santé peuvent être attendues au cours des cinq prochaines années.
Auteur
Editeur
Soluxions Magazine
Logo