L’, ce challenge pressant… pour survivre

Août 12, 2019 | Al | 0 commentaires

Plus que la transformation digitale, l’AI sera la véritable révolution industrielle que l’on attend. Un challenge pressant, voire une nécessité pour survivre.

«Il y aura ceux qui ont fait le choix de l’électricité et ceux qui en seront restés à la vapeur !» Pour , CEO, AI Builders, l’AI est une révolution pour toute l’industrie, au même titre que l’a été l’électricité après la vapeur.

«En venant aider, remplacer et optimiser, l’AI va révolutionner tous les métiers, plus encore les structures de coûts des entreprises. Elle impactera directement leur compétitivité. Celles qui l’intégreront assez tôt, en transformant et en optimisant leurs métiers, pourront se prémunir contre de nouveaux entrants. Elles pourront aussi garder le même niveau de compétitivité face à leurs concurrents avant qu’ils ne s’équipent à leur tour. Ainsi, au-delà de la transformation digitale telle qu’elle est envisagée aujourd’hui, l’introduction massive de l’AI dans l’entreprise devient un challenge pressant… pour survivre

Des gains de productivité immédiats

Ces technologies de L’AI, qui apprennent plus qu’elles ne se programment, vont permettre d’automatiser des tâches dans tous les process. Pour le CEO d’, c’est bien de gains de productivité immédiats dont il est question ici. L’AI permettra de réduire les coûts liés à la gestion et à la production. Mieux : elle permettra de créer de la valeur en optimisant des services ou en imaginant de nouveaux jusqu’alors impossibles. Résultat, la marge s’en trouvera directement impactée. On pourra enregistrer des réductions de coûts de l’ordre de 30 à 50 %. Ou voir apparaitre de nouveaux services, lesquels généreront de nouvelles sources de revenus obtenues pratiquement à coût marginal.

Citons, à titre d’exemple, ces cabinets comptables équipés d’outils permettant non plus de lire mais de comprendre les factures de leurs clients et de les classer automatiquement dans les bons plans comptables. Ou encore, comme ce grand assureur français qui a automatisé l’allocation d’un de ses fonds avec de l’AI en reprenant l’historique des dix dernières années pour obtenir, au final, de meilleurs scores que ses pairs humains et devenir un des fonds vedette de ce secteur. L’AI apprend de l’expérience, de l’historique et cette intégration peut être réalisée dans toutes les fonctions et dans tous les métiers. Mais encore faut-il comprendre ses capacités, ses limites et la forme qu’elle va revêtir.

Prescription

«Cette disruption technologique s’apparente au lent déploiement des systèmes d’information dans l’entreprise dans les années 80-90, note Stéphane Roder. Au final, celui-ci a permis de structurer les process pour un meilleur pilotage des activités et de déboucher sur une première utilisation des données et du big data : la BI. Si l’introduction de l’AI s’inscrit dans cette continuité, elle va beaucoup plus loin en franchissant l’étape ultime de la recommandation et de l’action, à savoir la prescription.»

Cette transition va s’opérer à travers les systèmes d’information où des parties entières de process encore absents, encore manuels ou semi-automatisés, vont être remplacés. Dans un premier temps, il s’agira d’outils «stand alone» développés par des start-up, puis par des produits standard. Enfin, les outils seront intégrés dans les suites logicielles de type ERP.

«Restera le métier -servi, comme d’habitude, en dernier !- sur lequel, comme au bon vieux temps des systèmes d’information, des solutions sur mesure seront trouvées. C’est sur cette dernière partie, relève Stéphane Roder, que se trouvera le plus grand challenge des entreprises lorsqu’il faudra définir des priorités.»

Le retour du schéma directeur

Cette évolution ne viendra pas des métiers eux-mêmes qui se sentent plus menacés par l’AI que mis en valeur. Il suffit de les interroger : beaucoup ignorent la teneur de son apport réel. La résistance au changement est tenace, alimentée par les fantasmes millénaristes générés par une technologie basée sur de nouveaux paradigmes.

«Il faudra accompagner ce changement en dédramatisant, en expliquant les tenants et les aboutissants de l’AI. Il faudra montrer que l’humain reste au centre. Et cela en remettant au goût du jour les bons vieux schémas directeurs qui, malgré leur lourdeur, ont structuré les systèmes d’information de nos entreprises, quitte à repasser ensuite en méthode Agile.» Pour Stéphane Roder, les entreprises ne feront pas l’économie du schéma directeur AI sous peine de ne pas faire les bons choix le moment venu !

Les potentiels de gains de productivité et d’augmentation des profits sont tels que L’AI est une opportunité unique pour les nouveaux entrants, mais aussi les challengers de ravir des parts de marché. «Par-delà la technologie, c’est une nouvelle guerre économique qui s’annonce. Une guerre, oui, qui ne cache pas son nom, conclut Stéphane Roder. Le gouvernement chinois ne vient-il pas d’en faire une cause nationale ? Les Etats-Unis ne sont-ils pas en train d’investir des milliards de dollars ? C’est dans cette perspective que les directions générales doivent prendre conscience des enjeux. Elles doivent se préparer à déployer. Et commencer par former leur personnel aux grands principes de l’AI. Tout dépend de leur adhésion à cette nouvelle collaboration entre l’humain et la machine.»

Ces articles parlent de "Artificial Intelligence"

Artificial Intelligence, Deep Learning, Machine Learning

Follow this topic

Sommaire
L'AI, ce challenge pressant... pour survivre
Titre
L'AI, ce challenge pressant... pour survivre
Description
Plus que la transformation digitale, l'AI sera la véritable révolution industrielle que l'on attend. Un challenge pressant, voire une nécessité pour survivre.
Auteur
Editeur
Soluxions Magazine
Logo