Des contrats à Las Vegas, à Malte, en Espagne, en Italie et bientôt à Dubaï ! Et une première à l’occasion du salon ICT Spring Europe 2015 : la présentation de l’ par PLG. Belle reconnaissance pour la PME belgo-luxembourgeoise, installée à .

L’Oculus Rift est un masque de réalité virtuelle produit par la société Oculus VR, devenue voici peu filiale de . Ces lunettes permettent une immersion totale dans un environnement entièrement virtuel.

Spécialisée dans l’événementiel, s’était fait connaître l’an passé à l’occasion du Mondial avec le projet Fly to Rio : un vol 4D en parachute au-dessus de Rio de Janeiro et un atterrissage dans le stade officiel du Maracana… derrière les Diables Rouges chantonnant la Brabançonne. Un stade plein à craquer et un accueil de star !

Accueil de star, aujourd’hui, pour PLG qui nourrit de grandes ambitions. «Une équipe de dix personnes travaille sur les développements graphiques 100% compatibles Oculus Rift, et ceci pour des clients fort différents… Du vol en parachute 4D au-dessus des capitales européennes en passant par une séance de boxe avec Rocky ou le plaisir de prendre les commandes d’un avion, tout est réalisable et idéal pour la promotion d’une marque d’une manière nouvelle et dynamique», commente , à la tête cette entreprise spécialisée dans le marketing de proximité et des nouvelles technologies.

Hasard du calendrier : le 25 mars 2014, alors que Facebook décidait de mettre 2 milliards USD sur la table pour rafler cette entreprise qui n’avait encore généré aucun chiffre d’affaires, la PME de Wemperhardt décidait, elle, de faire au projet Oculus Rift ! Aujourd’hui, PLG renforce sa volonté de devenir un pionnier en matière d’animation 4D grand public à destination de centres commerciaux, mais aussi de grosses entreprises et marques internationales.

Alors que l’Oculus Rift est souvent présenté comme un gadget geek, Facebook considère au contraire la technologie qui le sous-tend comme un medium au même titre que les journaux, les liseuses ou les smartphones… voit de multiples usages. Tout d’abord dans le domaine des voyages. Si vous n’avez pas la possibilité d’aller quelque part, vous pourriez «y être» sans avoir à vous déplacer soutient en substance le fondateur du premier réseau social. Cet usage est intéressant pour promouvoir un pays, une culture.

Mark Zuckerberg insiste sur la possibilité pour un individu d’être «présent dans un lieu où vous ne pourriez être en personne». Assister à une réunion à l’autre bout du monde, par exemple. Ou à un événement éloigné pour lequel on n’a ni le temps ni les moyens financiers pour vous vous y rendre. La réalité virtuelle permet encore de vivre à moindre frais des expériences de manière immersive en 360° comme si on y était. Une véritable révolution qui pourrait changer d’une part la manière de communiquer entre les individus et, d’autre part, de bouleverser des écosystèmes médias comme la télévision.

Zuckerberg n’oublie pas ce qui fait le cœur de son réseau social Facebook aujourd’hui : le partage. Pour le fondateur du premier réseau social mondial, ces expériences ne seront pas solitaires. Bien au contraire, le partage sera ancré, selon lui, dans les usages qui seront faits par les utilisateurs de l’Oculus Rift et de la réalité virtuelle. Comment ? Difficile à dire pour l’instant. Mais Facebook travaille à cette intégration du partage dans la réalité virtuelle.

 

Sommaire
Oculus Rift ...en vrai sur le stand PLG au salon ICT Spring 2015
Titre
Oculus Rift ...en vrai sur le stand PLG au salon ICT Spring 2015
Description
Spécialisée dans l'événementiel, PLG s'était fait connaître l'an passé à l'occasion du Mondial avec le projet Fly to Rio sur Oculus Rift
Auteur