Secteur financier : le coût de la fraude explose

Juin 14, 2022 | Cyber Security | 0 commentaires

En s’adaptant aux nouveaux schémas comportementaux des consommateurs, les cybercriminels étendent leur surface d’attaque… faisant exploser le coût de la fraude.

Alors que la se poursuit à un rythme soutenu dans les financiers et le commerce de détail, le dernier rapport sur le coût réel de la fraude de LexisNexis Risk Solutions révèle que les cybercriminels s’attaquent à un ensemble plus large de méthodes de paiement. Ce faisant, ils font grimper le coût de la fraude à de nouveaux sommets. Le coût pour les entreprises en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique est désormais 3,49 fois supérieur au montant de chaque transaction perdue à cause de la fraude.

Le LexisNexis Fraud Multiplier -une estimation du montant des pertes qu’une entreprise subit sur la base de la valeur réelle en dollars d’une transaction frauduleuse- a montré une augmentation par rapport aux données de 2019 de 12,3% en Allemagne, 27,2% en France et 34,6% dans le Pays-Bas. Hors Europe, c’est parfois bien plus. Ainsi en Afrique du Sud : 41,5 % !

Extension des formes d’

Les transactions de crédit représentaient près de la moitié des pertes dues à la fraude en 2019 lorsque l’on examine les coûts par mode de paiement. La dernière étude montre que les criminels se sont diversifiés. Alors que les transactions de crédit représentent toujours la plupart des pertes de fraude par méthode de paiement, il y a eu une augmentation marquée des pertes des portefeuilles numériques et des méthodes de paiement par dépôt direct. L’étude a révélé une résurgence proportionnelle des pertes des méthodes de paiement dites traditionnelles telles que les espèces, les chèques ou les cartes-cadeaux, alors que de nombreuses économies sortent de la pandémie.

La vérification d’identité est un défi croissant, marquée par l’utilisation croissante d’identités synthétiques, que les fraudeurs créent en utilisant une combinaison d’informations fabriquées et d’informations personnelles pour une personne réelle afin de construire une nouvelle identité numérique. Il est souvent difficile pour les entreprises de les signaler comme frauduleux, car les identités synthétiques incluent certaines données légitimes.

Pas de solution unique

« La fraude est devenue plus coûteuse pour les entreprises, en partie parce que le volume de humaines et d’origine robotique continue de cibler les transactions à grande échelle, commente Jason Lane-Sellers, Director Market Planning EMEA, LexisNexis Risk Solutions. Qu’importe si les habitudes de transaction des changent, les cybercriminels s’adaptent à ces schémas comportementaux. »

Et de poursuivre : « Avec de plus en plus de utilisant une variété de canaux pour effectuer des transactions, il n’existe pas de solution unique pour les entreprises souhaitant authentifier les identités numériques et réduire les pertes dues à la fraude. » Pour Jason Lane-Sellers, les entreprises ont besoin d’une offensive à plusieurs niveaux utilisant la technologie et les sources de données pour lutter contre la fraude et éviter les pertes financières. « La sophistication croissante de certains cybercriminels dans le déploiement d’identités synthétiques est un exemple où des solutions multicouches plus robustes peuvent réduire considérablement le risque pour une chaîne de transaction. »