Les start-up de la Grande Région ont jusqu’au 25 septembre pour déposer leur candidature. La quatrième édition du du est lancée.

Sur le fond, le principe n’a pas changé : «faire bouger les lignes, favoriser l’investissement transfrontalier et rapprocher les investisseurs des entrepreneurs désireux de lever des fonds», explique , Manager de CCI O2 Bilan Lorraine, la structure qui pilote en Lorraine.

Une édition qui s’accompagne de quelques nouveautés. Primo, les formations destinées à initier les entrepreneurs aux attentes des investisseurs et aux subtilités de l’art du pitch (les entreprises ont 10 minutes pour se présenter aux investisseurs), jusqu’ici assurées en langue française, seront également proposées en anglais.

Secundo, l’accompagnement des entrepreneurs est renforcé, notamment après la journée de pitch, le «Pitching Day». «Nous allons mettre en place une journée de débriefing pour aider les entrepreneurs à exploiter les contacts pris. Ce n’est pas simple quand on a la tête dans le guidon, de relancer des contacts et de rencontrer les investisseurs. Mais c’est fondamental car agir à ce moment là c’est multiplier par deux les chances de voir aboutir les négociations », précise Boris Ouarnier.

Dernier changement à noter, une partie du programme Seed4Star devient payante. «Durant les trois premières années, le dispositif a bénéficié du soutien financier de l’UE à hauteur de 50%, l’autre moitié étant supportée par les différents organisateurs et des sponsors. Comme prévu, cette participation financière de l’Europe s’interrompt cette année. Il nous faut trouver d’autres sources de financement. Les start-up devront donc supporter une partie des frais mais nous avons pris soin de mettre en place un dispositif qui fait qu’elles soient surtout sollicitées si leur levée de fonds aboutit. Les organisateurs et leurs partenaires continuent, quant à eux, à prendre en charge la moitié du budget», précise Boris Ouarnier.

Depuis 2012, une centaine d’entreprises de la Grande Région ont déposé leur candidature afin de participer à Seed4Start. Sur cette centaine de candidatures, 55 start-up ont été retenues pour intégrer le dispositif. La moitié d’entre elles ont réussi à lever des fonds pour un montant global de plus de 7 millions d’euros. «Plus de 700 investisseurs ont, directement ou indirectement (via leur réseau), participé aux différentes rencontres organisées avec les start-up.  En 2014, les investisseurs ont, en moyenne, déclaré 13 marques d’intérêt envers les start-up sélectionnées lors du pitch final», indique encore Boris Ouarnier.

Pour tout savoir sur Seed4Start, voir : www.seed4start.org. C’est également à cette adresse que les start-up intéressées peuvent déposer leur candidature pour l’édition 2015. La date limite des inscriptions est le 25 septembre 2015

 

Les quatre organisateurs du projet

> Fruit de la fusion de Business Initiative asbl et de la plateforme de coworking Impactory, Nyuko ouvre ses portes en mars 2015, dans le quartier d’Hollerich, à Luxembourg-Ville. Cette nouvelle structure entend aider les porteurs de projets à créer et à développer leurs entreprises via trois volets principaux: Nyuko Learning, Nyuko Sharing et Nyuko Funding. Tous les entrepreneurs ambitieux et dynamiques, désirant acquérir une indépendance professionnelle et financière, ou souhaitant simplement contribuer à la vie de la communauté ou à la protection de l’environnement peuvent bénéficier de l’offre proposée par la structure. www.nyuko.lu

> – Facilitateur de levée de fonds, créé en 2008 afin de faciliter l’accès aux financements en fonds propres des start-up et PME régionales. Particulièrement présent sur le segment du capital risque, CCI O2Bilan a accompagné avec succès une trentaine de levées de fonds, pour environ 9,8 millions EUR. Ses métiers se déclinent sur plusieurs axes : sensibilisation et vulgarisation (conférences, petits-déjeuners, témoignages), conseil individuel aux dirigeants et créateurs (quels que soient les métiers, stades et montants), mise en relation entre entrepreneurs et investisseurs (business angels ou capital-risqueurs), appui aux réseaux d’investisseurs locaux et observatoire du capital investissement lorrain.
www.o2bilan.fr

> Société de capital risque de proximité créée fin 2007 à l’initiative d’un groupe de dirigeants de PME lorrains. Elle intervient en fonds propres et quasi fonds propres pour des montants compris entre 50 000 et 100 000 euros, dans des PME et TPE implantées principalement en Lorraine et accessoirement dans les régions limitrophes (Alsace, Franche Comté). Dans le cadre d’un programme interrégional, ADER pourra étendre son territoire d’intervention au Luxembourg et à la Wallonie. www.groupeird.fr

> Créé en 2000, BeAngels rapproche des entrepreneurs à la recherche de moyens financiers et des investisseurs privés, les Business Angels, prêts à investir dans des entreprises prometteuses. Le réseau compte aujourd’hui 134 membres en région Wallonne et bruxelloise. La valeur ajoutée de Be Angels réside non seulement dans la mise en contact d’entrepreneurs avec des acteurs autres que les acteurs classiques des marchés des capitaux (les banques, les venture capitalists, les organismes de soutien nationaux ou régionaux) mais également dans les services exclusifs d’accompagnement qui sont proposés tant aux entrepreneurs qu’aux investisseurs. BeAngels est le seul réseau de business angels actif dans la Région Wallonne. www.beangels.eu

 

Sommaire
Seed4Start, 4ème édition du forum transfrontalier du capital risque
Titre
Seed4Start, 4ème édition du forum transfrontalier du capital risque
Description
Les start-up de la Grande Région ont jusqu’au 25 septembre pour déposer leur candidature à Seed4Start, forum transfrontalier du capital risque
Auteur