Surveillance au travail : toujours plus !

Mai 8, 2023 | Workplace | 0 commentaires

Si le télétravail permet de trouver un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle, il présente également une part quelque peu voilée : la surveillance au travail.

Contrairement aux idées reçues, la pandémie n'est pas à l'origine des outils de surveillance au travail. En effet, 36 % des professionnels interrogés par Software Advice le faisaient avant celle-ci, tandis qu'ils sont aujourd'hui 63 %.

Plus d'un tiers (35 %) surveillent principalement la présence des employés (que ce soit les heures de connexion et de déconnexion ou les périodes d'activité et d'inactivité), 27 % font un suivi de la gestion du temps et 23 % de l'activité informatique ( à internet, effectuée, etc.).

Interrogés quant aux raisons qui les poussent à surveiller leurs équipes en télétravail, 28 % des employeurs et managers ont indiqué que cela permettait une meilleure compréhension de l'activité quotidienne et 19 % affirment que cela aide à détecter les erreurs avant qu'elles ne prennent de l'ampleur. Directement liée à ce contrôle de l'activité, 22 % notent la simplicité de suivre et ainsi payer les heures supplémentaires. Le suivi de la productivité et des performances du personnel sont également appréciés par 22 % des sondés. Ces logiciels offrent également la possibilité d'améliorer la sécurité, un avantage cité par 23 % des managers et employeurs. Avec l'augmentation des connexions au réseau des à distance, il est devenu nécessaire que les entreprises surveillent de près si le personnel respecte les mesures de sécurité.

Respecter vie privée et bien-être des employés, le principal défi des entreprises

Pour un peu moins d'un tiers des entreprises sondées (29 %), le principal défi est la légitimité de la surveillance. Se conformer à l'obligation de en communiquant clairement les modalités et la finalité du traitement des données surveillées est également compliqué pour 28 % des entreprises.

Bien que près de 90 % des entreprises affirment que leurs employés ont été informés de cette surveillance (par e-mail ou via une formation), il est à noter que 7 % en ont simplement fait mention à certains salariés. Par ailleurs, 3 % pratiquent la surveillance secrètement. 58 % des responsables qui utilisent des outils de surveillance et dont les employés sont au courant déclarent que la majorité de leurs employés n'ont « aucun problème » avec ces outils, tandis que 41 % déclarent que les opinions sont mitigées. Pourtant, comme vu dans le volet de cette étude, 48 % des salariés interrogés déclarent que savoir qu'ils sont surveillés nuit à leur moral.

Trouver le juste équilibre

Les entreprises reconnaissent faire face à des défis liés au bien-être des employés dans l'implémentation de ces outils. Tandis que, selon 21 % des managers et employeurs, le niveau de bien-être des employés est plus visible, le risque d'un impact négatif sur la confiance des salariés compte pour 23 % des inquiétudes exprimées. Par ailleurs, 22 % craignent une augmentation du stress chez le personnel.

Trouver un équilibre entre les avantages de la surveillance de l'activité des employés, les potentiels effets négatifs sur leur moral tout en protégeant leur vie privée reste ainsi le principal défi des employeurs et managers. Malgré ces problématiques, près de 7 employeurs sur 10 (67 %) souhaitent continuer à utiliser ces outils de surveillance. Toutefois, 23 % affirment ne plus être si certains de vouloir prolonger leur utilisation et 10 % affirment vouloir arrêter totalement.