«Data, big data, streaming… Autant d’éléments bruts qui permettent aujourd’hui d’ausculter et de qualifier le sportif et les environnements dans lesquels il évolue. Dans un monde résolument numérique, où l’information s’écrit et se diffuse dans un laps de temps inférieur à la seconde, aucune personne, aucune discipline n’est en mesure d’échapper à l’énorme vague des données», estime , General Manager, Kaspersky Lab France.

Avec ses 30 millions d’utilisateurs dans le monde, l’application RunKeeper illustre à elle seule l’engouement pour le Quantified Self, l’auto-évaluation de sa propre personne et de ses performances. Pratiquants occasionnels et confirmés se mirent dans les données que leur montre, smartphone ou capteur idoine enregistre au cours de leur séance sportive.

A un plus haut niveau, la est devenue aussi l’ de des , des sportifs et des spectateurs de certains sports. Les modélisations mathématiques, couplées à des calculateurs puissants, offrent une vision plus large, prédictive parfois, de la compétition. La Formule 1, en particulier, a fait de cette donnée recueillie en temps réel son outil décisionnel stratégique pendant les Grand prix, comme le font les opérateurs financiers en salles de marché. En football, le ballon bourré de capteurs permet d’évaluer les performances d’un bon ou d’un mauvais coup de pied.

Durant le Tour de France, chaque équipe suit ses joueurs de près grâce à des données comme celles volées à . L’organisation du Tour a quant à elle embarqué dans sa caravane 2015 le trio vertueux objet connecté – big data – cloud. Des capteurs placés sous les selles des cyclistes recueillent en course des données liées à leur vitesse et à leur position. Les milliers de données récoltées chaque jour, pour chaque coureur, sont triées, analysées et diffusées en temps réel.

«On le voit bien, le numérique entraîne le monde sportif dans une nouvelle dimension, et il y aura encore de quoi s’extasier pendant quelques années devant l’exploitation de ses données au service d’un sport aussi vieux soit-il, analyse Tanguy de Coatpont. Malheureusement, l’ouverture au numérique entraîne dans son sillage une menace qui sévit déjà : le de données.»

On pourrait croire le sport, source de rêve et d’émotions partagées, épargné par ce type de délit. Mais ce serait plus par naïveté que sur la base d’un quelconque argument objectif. «Pour des raisons psychologiques comme pour des raisons marketing et financières, l’information dans une équipe sportive a tout autant de valeur que les données économiques dans une entreprise. L’enjeu en Formule 1 se mesure en millions d’euros…

«On attendra les résultats de l’enquête avant de tirer des conclusions hâtives, mais l’équipe Sky de Christopher Froome l’a appris à ses dépens, constate encore Tanguy de Coatpont. Même chose aux Etats-Unis, pour le club de base-ball des Astros de Houston : ses bases de données de joueurs auraient récemment été visitées par un membre du club rival des Cardinals de Saint-Louis.»

Cette affaire, transposable dans un club de football en Europe ou tout autre sport, relève du scénario de niveau 1, analyse Tanguy de Coatpont. A savoir la fuite de données due à une négligence humaine. D’après l’enquête du FBI, le manager transfuge n’avait rien changé à ses méthodes de collecte de données et ses habitudes de . Et il n’est sans doute pas le seul dans ce cas…

Dans un scénario de niveau 2, le pirate entre dans un système pour aspirer les données et espionner les performances d’un concurrent. C’est à priori ce qui a motivé le vol des données d’entraînement de Christopher Froome.

Troisième et dernier niveau, le pirate intervient directement sur les données. Via un ver introduit pour ralentir le système, ou pour réécrire les informations à la volée et induire la partie adverse en erreur. Une éventualité qui ne se voit pas seulement au cinéma !

Le but peut être aussi bien de prendre l’avantage sur un concurrent que la volonté de nuire, ou encore la divulgation publique d’informations personnelles et confidentielles dans une démarche activiste. «Bien préparer et réussir sa saison sportive ne relève donc plus aujourd’hui des seules questions physiques et logistiques. Il revient à chaque coach, à chaque équipe de s’inquiéter aussi de la bonne préparation informatique au même titre que l’on s’inquiétera de la performance et de l’intégrité des athlètes et de leur matériel.»

Dans le monde réel, équipes et clubs sportifs redoublent d’efforts naturellement pour ne dévoiler qu’une part infime de leurs atouts avant, pendant et après une compétition. Et Tanguy de Coatpont de conclure : «dans le monde numérique, c’est aussi une marche à suivre. Le caractère virtuel, impalpable, des données, ne dispense en rien de se protéger du piratage et de l’.»

 

 

Sommaire
Tanguy de Coatpont - Le numérique entraîne les athlètes dans une nouvelle dimension
Titre
Tanguy de Coatpont - Le numérique entraîne les athlètes dans une nouvelle dimension
Description
Selon Tanguy de Coatpont, de Kaspersky Lab, la donnée numérique est devenue aussi l’indicateur de référence des coachs, des sportifs et des spectateurs de certains sports.
Auteur