, l’éditeur d’antivirus allemand, qui a découvert l’existence de ce rootkit (codé en russe), n’a pas dévoilé le nom des entreprises victimes de ces attaques, se contentant de noter qu’il s’agit de multinationales. Et que ses concepteurs devaient être liés aux services secrets russes…