Place aux ! Ce midi, à Paris, ils étaient une vingtaine à avoir annoncé, autour de , la création de la Breakthrough Energy Coalition, un qui investira des milliards de dollars dans des entreprises dédiées aux énergies renouvelables.

Ce 30 novembre 2015, après les discours des 150 chefs d’Etat et de gouvernements présents à la COP21, François Hollande, Barack Obama et le cofondateur de Microsoft, Bill Gates, on lancé l’initiative  en présence de nombreux représentants des pays participants et d’investisseurs. Il s’agit de l’engagement financier le plus important de l’histoire pour développer des CleanTech, c’est à dire des méthodes de production d’énergie (notamment) qui émettent moins de CO2 que la combustion des énergies fossiles.

Autour de Bill Gates, d’autres grands patrons comme Richard Branson (Virgin), Reid Hoffman (LinkedIn), Mark Zuckerberg (Facebook), Jack Ma (Alibaba), Jeff Bezos (Amazon) Meg Whitman (HP Enterprise), Marc Benioff (Salesforce.com) ou encore Xavier Niel (Free) ainsi que George Soros.

Partant du principe que dans ce domaine, le secteur privé à un important rôle à jouer en parallèle aux programmes de recherche des gouvernements, le groupe Breakthrough Energy Coalition va injecter des capitaux pour aider les firmes CleanTech à faire sortir leurs innovations des labos et les lancer sur le marché. Objectif : «investir dans des sociétés qui ont la meilleure chance de produire de l’énergie fiable à émissions de carbone nulles, accessible à tous et à un prix abordable.»

Le nouveau fonds souhaite en effet repérer tôt les entreprises développant des technologies innovantes en matière d’énergies propres. Selon le fondateur de Microsoft, également à l’origine de la Bill & Melinda Gates Foundation, ni l’investissement des gouvernements ni celui des capitaux privés classiques ne constituent un moyen efficace pour améliorer le sort de notre planète.

Personnellement, Bill Gates s’apprête à investir entre 1 et 2 milliards USD au cours des cinq prochaines années pour doper la recherche et le développement dans les énergies propres. Un geste financier significatif suivi par 26 autres grandes fortunes de la planète.

Au même moment, Euronext, le principal opérateur boursier européen, lançait l’indice Low Carbon 100 Europe des cent entreprises en phase avec un monde durable. Un timing à la hauteur des ambitions de ses promoteurs : identifier 100 valeurs sur les 300 plus grosses capitalisations européennes qui ont fait du plafonnement à 2°C de leurs émissions carbone un élément stratégique. Du jamais-vu. Cet indice se tourne vers les bons élèves de l’éco-responsabilité et il est porteur de sens pour un investissement de long terme. On y trouve des CleanTech, comme des fabricants d’éoliennes, mais aussi des énergéticiens fossiles ou des sociétés qui travaillent à des solutions permettant de lutter contre le réchauffement climatique.

Sommaire
Les CleanTech, vedettes de la COP21
Titre
Les CleanTech, vedettes de la COP21
Description
Le groupe Breakthrough Energy Coalition va injecter des capitaux pour aider les firmes CleanTech à faire sortir leurs innovations des labos et les lancer sur le marché
Auteur