ADN Finance

° Présence au Luxembourg, statut de Professionnel des Services Financiers… Qu’est-ce qui retient aujourd’hui l’attention des organisations financières que vous approchez et, tout d’abord, l’attention de vos clients ?

Stéphane Rondeux : «Si le Luxembourg fait office de place mondiale majeure dans le secteur financier, est sans doute l’une des sociétés qui contribuent pleinement à cette image. Cette réputation de solidité et de confiance profite pleinement à Services, bras armé ICT de . Dès lors, ce qui retient l’attention est sans doute le fait que nous parlons le même langage parce que nous sommes issus du même secteur d’activités: le secteur financier.

«Autre atout, notre statut PSF qui, bien que national, s’impose comme un label à l’international. Pour nombre de clients, il est synonyme de sécurité et de rigueur dans les processus. C’est important. En particulier dans le contexte de cloud computing actuel, où la définition même de cloud prête à confusion.»

Willy Schockert : «Dans un monde où les aspects régulatoires sont sensibles, le statut de PSF génère un supplément évident de valeur. Qu’elles soient de culture européenne ou pas, les organisations financières que nous approchons saisissent rapidement les avantages de ce statut unique au niveau mondial. Et, quand bien même, ces organisations ne sont pas contraintes de l’adopter, elles considèrent ce ‘plus’ comme un atout supplémentaire !»

° Clearstream Services a été créée pour répondre aux besoins ICT de Clearstream. Pourquoi fournir des services à d’autres organisations financières ?

Stéphane Deschamps : «Plus nous avançons, plus nous estimons avoir une formidable opportunité à saisir. De fait, grâce à notre infrastructure, nos ressources, et nos procédures, nous occupons une place unique sur le marché. De par nos origines, mais surtout de par notre expérience, nous avons la connaissance de l’aspect critique de chaque métier de la finance et nous connaissons l’importance des niveaux de services. Tous nos Managed Services s’appuient sur notre core business. Et les niveaux de qualité que nous garantissons à nos clients sont identiques à ceux que nous garantissons à nos clients internes. Chez nous, pas d’équipes dédiées exclusivement aux clients externes, pas de services différenciés. Ce sont nos propres équipes qui délivrent ces services depuis nos infrastructures, sur base de nos méthodologies et sur base de nos processus, que ce soit pour les clients ‘internes’ ou ‘externes’. C’est en cela que nous sommes différents.»

° Externaliser tout ou partie de son système d’information à un autre acteur financier, n’est-ce pas risqué… pour un acteur financier ?

Stéphane Rondeux : «De par ses activités, Clearstream Services est déjà une société de services. Mais pas n’importe laquelle ! Nous savons ce qu’est une banque, ce qu’est la haute disponibilité. Nous savons quels sont les risques inhérents à chacun des métiers de la finance. Inutile de nous expliquer comment fonctionne une institution financière ou quel est l’impact d’un retard dans les traitements de fin de journée… Nous le savons parce que c’est dans l’ADN de l’entreprise ! Aussi, plus qu’un prestataire informatique, nos clients nous considèrent comme un partenaire du

fait que nous partageons la même origine : la finance, sans jamais rentrer en compétition, vu la grande particularité du core business financier de Clearstream. Outre la compréhension des métiers, il y a une communauté de langage, ce qui permet d’entrer plus vite dans le vif du sujet, de mettre le doigt sur les vraies questions, et donc de progresser.»

Willy Schockert : «La réputation et la confiance font le reste… Quant à notre proximité culturelle et géographique, elle nous a permis d’attirer des clients dans de nombreux pays d’Europe et d’ailleurs. Pour une banque belge, par exemple, nous opérons la totalité de leurs infrastructures au sein

de nos datacentres. Quant aux organisations financières du reste du monde, elles étudient avec intérêt la possibilité de lier nos compétences et nos ressources au cadre régulatoire du Luxembourg. Ainsi, cette importante banque sud-américaine qui nous a confié l’hébergement de son hub international : elle a été séduite non seulement par nos compétences métiers, mais aussi par notre réseau global à faible latence et haute disponibilité qu’elle exploite pour connecter plusieurs de ses filiales de par le monde à ses systèmes hébergés et opérés par nos soins.»

° Précisément, qu’en est-il de ce réseau qui se distingue de celui des opérateurs télécoms traditionnels ?

Stéphane Deschamps : «Indépendant et end-to-end; avec plus de 6.000 connexions
à travers le monde. Pour nos clients, le fait
de coupler les services d’hébergement et de connectivité au sein d’un seul fournisseur simplifie les choses. Cette solution «all-in- one» nous permet de proposer des niveaux
de qualité de services exceptionnels. C’est pourquoi nous n’envisageons pas de downtime. Pour nos clients, cela signifie que nous ne nous satisfaisons pas de remplir nos obligations contractuelles, nous visons -et atteignons- le… 100% !»

° Finalement, vous mettez en avant vos res- sources -exceptionnelles- d’opérateur…

Stéphane Rondeux : «Pas seulement. Quand, il y a une dizaine d’années, nous avons com- mencé à développer notre offre de Managed Services, c’était dans un contexte tactique. En clair : commercialiser notre savoir-faire, commercialiser ce que nous faisons de mieux en interne. Ce qui veut dire, encore, que nos clients disposent donc des mêmes garanties en termes d’intégrité, de disponibilité, de continuité et, surtout, de performances. Bref, une base extrêmement solide, un socle de référence. C’est pourquoi, aujourd’hui, sous l’impulsion de notre maison mère, le Groupe Deutsche Börse, notre offre d’externalisation est devenue plus stratégique et Clearstream Services est considérée comme un des plus importants centres de compétences du groupe en la matière.»

° Est-ce pour autant plus cher ?

Willy Schokert : «On pourrait le penser. En ce sens, notre image d’exigence peut prêter à confusion… Dans les faits, il n’en est rien. Au contraire ! Nos clients profitent de nos synergies. D’un point de vue organisationnel, tout est intégré : mêmes outils, même monitoring, même niveau de risque aussi. Notre métier
de base étant particulièrement contraignant, nos clients bénéficient de cette exigence d’un point de vue qualitatif… tout en profitant des effets de la mutualisation. Ce que nous met- tons en œuvre, beaucoup seraient incapables de le faire !»

° En pratique, quels types de services proposez-vous ?

Stéphane Rondeux : «Nous fournissons des so- lutions d’hébergement systématiquement couplées à nos Managed Services. Notre gamme de solutions d’outsourcing ne cesse de s’enrichir. Le socle de base reste bien entendu la mise à disposition d’une infrastructure redondante

et mutualisée, sur laquelle se reposent nos Managed Services qui vont de la gestion des couches ‘basses’ jusqu’à la gestion d’applica- tifs. Par ailleurs, comme nous pensons qu’il est important de fournir des services à haute valeur ajoutée, nous offrons une connectivité au réseau SWIFT via notre SWIFT Service Bureau -Clearstream étant par ailleurs un des plus grands utilisateurs de ce réseau- et un catalogue de solutions SaaS permettant de répondre à diverses problématiques business.

Stéphane Deschamps : «Pour revenir à la gestion d’applicatif, il faut souligner notre capacité à gérer les applications bancaires et financières de nos clients, c’est à dire entre autres prendre la main sur les environnements de production, gérer et déployer les releases et aussi exécuter les traitements de fin de journée en utilisant nos propres outils et standards. Actuellement, plus de 40.000 jobs quotidiens sont intégrés dans nos processus ! Nos clients profitent de nos conditions opérationnelles, autrement dit un service permanent, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.»

° Aujourd’hui, de plus en plus de services sont délivrés à travers le cloud computing. Est-ce une priorité ?

Willy Schockert : «Il est clair que nous ne nous positionnerons jamais comme un fournisseur de cloud. En revanche, nos clients pourront accéder à des ressources privatives -à savoir des clouds privés, hébergés chez nous, au Luxembourg -disponibles à partir de 2016. Selon la nature des workloads, nous pourrons les associer à des ressources en cloud public. Ceci pour offrir toujours plus de flexibilité à nos clients. Mais toujours avec notre garantie d’offrir des solutions fiables et maitrisées par nos équipes.»

Stéphane Rondeux

Vice President,
Head of Managed Services, Clearstream Services

Willy Schockert

Director, Head of Department Systems Infrastructure, Clearstream Services

Stéphane Deschamps

Director,
Head of Department Clearstream IT Operations, Clearstream Services

Clearstream Services

bras armé ICT du groupe Deutsche Börse

Dision de Deutsche Börse, Clearstream est un ICSD (International Central Securities Depository) situé au Luxembourg spécialisé dans l’échange de titres, doublé d’une banque, Clearstream, basée en Allemagne et au Luxembourg.

Clearstream Services est l’entité ICT. Clearstream Services dispose du statut de Professionnel du Secteur Financier (PSF) depuis 2004. Dans son staff, un demi-millier de collaborateurs, informaticiens pour la plupart, qui, l’an passé, ont assuré la transmission et garanti l’intégrité de quelque 39 millions de transactions internationales pour quelque 2.500 clients.

Compte tenu de l’importance des ressources mises à disposition -dont deux data centres à Luxembourg et deux autres à Francfort-, Clearstream Services conseille, déploie, opère, surveille et administre les plates-formes les plus répandues tout en offrant le service applicatif attendu.

Pour nombre de clients, Clearstream Services opère en mode ASP (Application Software Provider) ou SaaS (Software-as- a-Service),

Alors que le SaaS est générique, l’ASP est paramétrable; à chaque modèle ses atouts. Dans le portefeuille de services de Clearstream Services, ils se complètent et s’enrichissent.

 

Votre article sur notre website

Recevez les prochains articles par email, tous les mardi

Dans solutions Magazine de Mars

Solutions Magazine consacrera bientôt des dossiers spéciaux sur : GDPR, Collaboration & Video, Home Protection

> Je désire de la visibilité sur ce sujet
> M'abonner au mensuel papier

Pub