La complexité fiscale menace le e-commerce

Juil 15, 2022 | Data Intelligence | 0 commentaires

La complexité fiscale est une question de conformité. Sans celle-ci, avertit Vertex, l’essor du e-commerce pourrait être menacé.

Une économie d’affaires fragile et une trop grand complexité fiscale. Pour Vertex, Inc., fournisseur mondial de solutions de technologie fiscale, l’essor du e-commerce est menacé.

Après avoir interrogé 730 décideurs financiers travaillant dans des entreprises vendant des produits et services transfrontaliers, 68 % de ceux-ci considèrent le commerce sans friction comme une priorité stratégique. C’est d’autant plus importante que sept répondants sur dix indiquent que le nombre de territoires avec lesquels leur organisation effectue des transactions a augmenté de manière exponentielle au cours des deux dernières années.

Perturbations

A l’origine de cette complexité, les modifications de réglementations, de plus en plus nombreuses. Les autorités fiscales sont donc clairement visées. Le phénomène serait mondial. La fiscalité sur les ventes, en particulier, devient de plus en plus complexe. Et comme les entreprises ont tendance à multiplier les outils de gestion, on se dirige vers un véritable désordre. Beaucoup s’appuient sur des outils natifs dans leur système ERP (51 %). Ou sur des et feuilles de calcul manuels (41 %). Selon 47 % des répondants, cela pose problème. Autrement dit, les entreprises ne sont pas équipées pour répondre aux exigences d’un paysage fiscal en constante évolution.

« L’accélération de la numérisation, associée au boom du commerce électronique a créé des perturbations pour les entreprises qui cherchent à s’étendre sur de nouveaux marchés », résume Peter Boerhof, VAT Director, CTO, Vertex

Les personnes interrogées identifient les difficultés à enregistrer leurs activités en matière de fiscalité indirecte dans de nouveaux territoires, la capacité de gérer et de facturer des taxes sur la même plateforme technologique et de gérer des taxes indirectes sur les physiques et en ligne dans un seul panier.

Quête de confiance

Plus de la moitié des responsables financiers interrogés pensent que l’amélioration de la gestion de la fiscalité indirecte aidera leur entreprise à se développer en toute confiance. Elles conviennent que l’automatisation des financiers de base favorisera l’évolutivité.

« Avec autant de complexités pour naviguer dans le paysage fiscal actuel, les fonctionnalités de base au sein des systèmes ERP ne suffisent pas pour permettre aux entreprises de gérer efficacement leurs obligations fiscales indirectes aujourd’hui. Le point de vue partagé par les décideurs financiers. Cette étude confirme la nécessité de disposer de la technologie adéquate pour suivre le rythme et maximiser la croissance. »