Le cloud va là où se trouve l'argent !

Juin 8, 2023 | Data Center | 0 commentaires

L'argent attire l'argent ! Les fournisseurs de cloud concentrent leurs d'expansion sur les dont le PIB, le fameux Produit Intérieur Brut est le plus élevé.

105 régions actuellement, 130 au terme de l'année prochaine. Les fournisseurs de cloud hyperscale ne cessent d'ouvrir de nouvelles régions d'exploitation aux quatre coins du monde. Les trois plus importants -Amazon Web Services (), Google Cloud et Microsoft Azure- disposent désormais de 105 régions distinctes (hors gouvernement et emplacements périphériques) parmi lesquelles les clients peuvent choisir pour localiser leurs applications et leurs . Au cours de la prochaine année, ce chiffre passera à 130 régions. D'autres grands fournisseurs de cloud comme IBM, Oracle et Alibaba se développent également à l'échelle mondiale, et cette tendance devrait se poursuivre.

« Chaque nécessite d'énormes investissements dans les centres de données, l'informatique, les logiciels, les personnes et les réseaux. L'ouverture d'une région peut à la fois développer et perturber l'infrastructure numérique des pays concernés. Il convient donc de localiser ces régions, estime Dr. Owen Rogers, Research Director for Cloud Computing, Uptime Institute. Et d'en tirer parti. »

Les fournisseurs utilisent le terme « région » pour décrire une zone géographique contenant un ensemble de zones de disponibilité indépendantes (Availability Zones), qui sont des représentations logiques des installations du centre de données. Un pays peut avoir de nombreuses régions, chaque région ayant généralement deux ou trois AZ. Les trois principaux domaines des hyperscalers comprennent plus de 300 AZ hyperscales et de nombreux autres centres de données (y compris des installations appartenant à hyperscale et louées hyperscale) en activité aujourd'hui. Les développeurs utilisent les zones de disponibilité pour créer des applications résilientes dans une seule région.

Latence et contraintes légales

« La principale raison pour laquelle les fournisseurs proposent une gamme de régions est la latence, poursuit Owen Rogers. En général, quelle que soit la qualité de l'infrastructure réseau, plus l'utilisateur final est éloigné de l'application cloud, plus le retard est important et plus l'expérience de l'utilisateur final est médiocre -en particulier sur les applications sensibles à la latence, telles que les jeux interactifs. Un autre facteur important est que certains acheteurs de cloud sont tenus de conserver les applications et les données des dans des centres de données situés dans une juridiction spécifique pour des raisons de conformité, de réglementation ou de gouvernance. »

L'économie d'un cloud public à grande échelle dépend de l'échelle. La mise en œuvre d'une région cloud de plusieurs AZ (et, par conséquent, de centres de données) nécessite des investissements substantiels, même si elle s'appuie sur des sites de colocation. Les fournisseurs de cloud doivent s'attendre à un rendement suffisant pour justifier un tel investissement.

Pour obtenir ce retour sur investissement, une région géographique doit disposer de l'infrastructure de télécommunications pour prendre en charge l'ensemble de la région cloud. Pratiquement aussi, l'emplacement doit être en mesure de supporter le centre de données lui-même et être en mesure de fournir une alimentation, des télécommunications, une sécurité et des compétences fiables.

Le PIB fait la différence, à tous niveaux

« Compte tenu de ces exigences, les fournisseurs de cloud concentrent leurs plans d'expansion sur les économies dont le produit intérieur brut (PIB) est le plus élevé. Le PIB mesure l'activité économique mais, plus généralement, est un indicateur de la santé d'une économie. En règle générale, les pays à PIB élevé disposent d'infrastructures de télécommunications étendues et performantes, de compétences de haute technologie, de cadres juridiques et contractuels solides, ainsi que de l'infrastructure de soutien et des chaînes d'approvisionnement nécessaires à la mise en œuvre et à l'exploitation des centres de données. De plus, les organisations des pays à PIB plus élevé ont un plus grand pouvoir d'achat et un meilleur à l'emprunt. En d'autres termes, ils ont l'argent à dépenser dans les applications cloud pour donner au fournisseur un retour sur investissement suffisamment élevé. »

Les 17 pays où les trois hyperscalers exploitent actuellement des régions cloud, ou envisagent de le faire, représentent 56 % du PIB mondial. Le PIB des pays où au moins un hyperscaler a l'intention d'opérer est de 87 % du PIB mondial dans seulement 40 pays -à titre indicatif, les Nations Unies comprennent 195 pays.