Low-code boosté au Luxembourg

Juil 7, 2022 | Data Intelligence | 0 commentaires

OutSystems renforce sa présence au Luxembourg avec Fujitsu pour donner un coup d’accélérateur à la transformation digitale grâce au low-code

« Le low-code pour aller plus loin dans les opportunités et perspectives de digitalisation et d’automatisation ! Notre engagement mutuel auprès d’une importante banque luxembourgeoise nous a d’ores et déjà démontré que ce partenariat sera bénéfique pour nombre de clients. » Le ton est donné. Dirk Van Den Brande, Head of Low-Code Practice, Fujitsu, attend beaucoup du partenariat signé avec OutSystems, spécialiste mondial du développement d’applications lowcode.

Au cours des deux dernières années, OutSystems a multiplié sa clientèle par trois en Belgique. En concluant cette nouvelle collaboration avec Fujitsu, OutSystems souhaite désormais accélérer le développement son activité au Luxembourg. « Le marché s’oriente de plus en plus vers le low-code. Les entreprises ont besoin de développer plus rapidement des applications. Il faut suivre l’évolution du marché », renchérit Dirk Van Den Brande.

Le low-code de plus en plus populaire

En 2025, prévoit Gartner, environ 70 % des applications seront développées au moyen du low-code. 25 % en 2020… l’évolution est très rapide ! Cela signifie que de plus en plus d’entreprises et d’organisations étudient les possibilités d’une plateforme low-code. C’est également le cas au Luxembourg.

Démocratiser l’accès à la création d’applications, réduire le temps de développement et de mise en ligne des sites web, tout en diminuant drastiquement les coûts. Telles sont les alléchantes promesses des plateformes low-code.

L’outil et son accompagnement

Pour les analystes, le mouvement ne fera que s’accélérer. Avec la pandémie, les entreprises ont été confrontées à des situations qui les ont amenées à changer la façon dont elles opéraient. A commencer par leurs processus internes, notamment en lien avec le télétravail. Elles se sont aussi rendu compte que des membres de leurs équipes se sont mis à développer des applications pour résoudre des problèmes.  Le plus souvent, il s’agit de lever des freins rencontrés au quotidien. Le potentiel du numérique est ainsi partagé avec tous les collaborateurs, et pas seulement avec le support technique. Toute personne peut avoir des idées, des solutions à mettre en place. Cette tendance permet de libérer une belle énergie dans tous les cœurs de métiers.

En ce sens, le low-code est un mouvement inclusif et accessible par tous. Il permet de lier l’innovation à la capacité de chaque métier à pouvoir être autonome. La plateforme low-code d’OutSystems permet de développer des applications commerciales et internes. Elle combine un outil de développement rapide et visuel, avec une plateforme construite autour de l’IA, du cloud, du DevOps et de la sécurité. Fujitsu, quant à elle, propose dans le cadre de son offre MXD (Multi Experience Development), un accompagnement à la transition vers le low code.

Le développement pour tous !

L’objectif ? Accélérer la numérisation en complétant les outils et accompagner les clients dans l’évolution de leurs applications existantes à travers un stack modernisé, sans créer de la dette technique.

L’offre de Fujitsu permet un développement rapide d’applications, une collaboration facilitée, un prototypage et des modifications rapides, ainsi que le contrôle des coûts, l’augmentation de la productivité et des revenus récurrents. « Cette collaboration inspire aussi une grande confiance aux entreprises intéressées, complète Henk Nijkerk, Channel Manager, OutSystems. Qui plus est, l’équipe apporte toute son expérience des cas d’utilisation. »

Les entreprises vont de plus en plus s’intéresser à ce phénomène, estime Fujitsu. Le low-code permet en effet de libérer les énergies et les innovations, avec des apps qui peuvent être conçues en quelques jours. « Ce ne sont plus des lourds, qui requièrent un grand volume de ressources et du project management. Au contraire. Chaque employé ou membre d’une équipe est désormais en mesure de faire du développement, devenir ainsi son propre moteur de façon très indépendante. »