Transition vers le cloud : l’envolée des surcoûts

Juil 4, 2022 | Cloud | 0 commentaires

Oui au cloud. Une évidence pour la majorité des entreprises. Mais à quel prix ? observe une envolée des surcoûts.

Gare aux surcoûts ! Des plans de tarification rigides, des outils de gestion qui ne donnent pas le niveau de contrôle souhaité, des données qui ne sont pas stockées là où elles le devraient ou encore des fonctionnalités de sécurité et de conformité qui ne seraient pas à niveau… 36 % des 650 interrogées par Couchbase estiment que les services cloud adoptés au cours des trois dernières années n’ont pas répondu aux attentes. Et 56 % déclarent que les décisions passées concernant le cloud ont entraîné une transformation plus difficile et plus coûteuse.

Conséquence : 61 % des ont dû restreindre leurs ambitions de transformation numérique. Il apparait aussi que 58 % ont choisi des services cloud qui n’ont pas permis de faire évoluer l’entreprise pour répondre à la demande…

Un déplacement vers le cloud « inévitable »

Qu’importe les surcoûts, la dynamique du cloud ne change pas. 95 % des ont déclaré qu’un déplacement accru de l’infrastructure vers le cloud est « inévitable » ! On ne peut nier l’impact du cloud, qu’il s’agisse de donner aux grandes une évolutivité et une accrues ou de donner aux petites l’accès à des services et des applications qu’elles ne pourraient jamais mettre en œuvre en interne, estime Ravi Mayuram, Technology Director, Couchbase. « Les entreprises pensent qu’elles obtiennent ce dont elles ont besoin. Sinon nous ne verrions pas cet élan apparemment irrésistible. La question est de savoir si elles pourraient obtenir plus pour ouvrir de nouvelles opportunités de transformation numérique… ou simplement réduire leurs coûts. »

L’optimisme reste de mise. Presque tous les répondants sont convaincus que leurs services cloud leur offrent les niveaux de sécurité, de disponibilité, de performances, de rentabilité, de contrôle, d’évolutivité et de conformité dont ils ont besoin.

La maitrise des coûts, l’éternelle question

Les liées au cloud ne font que croître. A l’horizon 2025, 58 % des informatiques seront dans le cloud public.  Aujourd’hui, les entreprises estiment être à mi-chemin (56 %) de la réalisation de l’objectif. Leurs attentes sont claires. D’abord, de meilleurs SLA -supérieurs à ceux que leur équipe interne pourrait leur proposer. Ensuite, mieux budgétiser au départ d’une tarification basée sur la consommation. A terme, réaffecter les ressources actuellement utilisées pour gérer leur infrastructure de base de données vers des domaines où elles pourraient être mieux dépensées.

Invités à identifier leurs principales préoccupations concernant la nouvelle infrastructure cloud, la sécurité des données a été identifiée par 43 % des personnes interrogées, suivie par la gestion des données dans le cloud (33 %) et la pérennité pour répondre aux futurs besoins numériques (31 %), tandis que 30 % sont préoccupés par la maîtrise des coûts à l’avenir.