En marge du SXSW (South by Southwest Music Conference and Festival), le marmiton numérique pioche dans une gigantesque base de données d’ingrédients et de goûts appréciés des humains pour «imaginer» des plats originaux -Big Blue parle parle de «cuisine cognitive».

Le principe est relativement simple: en partant d’un élément (poulet, boeuf, saumon…) et d’un style de cuisine (français, mexicain, japonais…), le logiciel propose toute une palette d’ingrédients. Comment sont-ils sélectionnés? Par la de la perception des saveurs, une base de données de recettes et la composition chimique des ingrédients. Ainsi naît donc la «cuisine cognitive».

Le projet consiste à populariser le savoir-faire de , en montrant comment ce système peut aider notre vie quotidienne, en assemblant pour nous des «ingrédients» afin de composer des «recettes». Cette notion ingrédients/recettes peut s’appliquer bien entendu à la cuisine, mais également à la parfumerie, à l’habillement ou à l’élaboration d’un itinéraire de voyage.

Ce dont on se rappelle est d’une expérience, précise Big Blue. La créativité informatique permet de différencier ces expériences. Et, surtout, de mieux les cibler. Une entreprise de mode peut combiner la garde-robe existante d’un client, les tendances et les collections de la marque. Puis proposer une variété de combinaisons possibles adaptées.

Nouveau, vraiment? Les spécialistes du décisionnel sont sceptiques. Des sites avancés de e-commerce, comme Amazon, nous proposent déjà les produits que nous serions susceptibles d’aimer, en fonction de nos achats précédents et des préférences d’autres personnes. Plusieurs applications de musique le font également, et certains «tubes» ne seraient que la compilation des rythmes et des préférences du public du moment…

Article IBM rédigé par Soluxions Magazine: Tout sur les technologies du Business, technologie, Business, Actualités et News.