La future adresse française de est désormais connue: 13-15 Avenue de la Liberté, ! Si le Gouvernement français s’étonne, la compagnie américaine n’a jamais caché son intention de développer ses activités en depuis le Grand-Duché.

En aurait-il été autrement pour la filiale française de Netflix aujourd’hui officialisée? Comme le note Le Monde, Il y a une version on et une version off des échanges qu’ont eus les dirigeants américains de Netflix avec les acteurs de l’audiovisuel français et la ministre de la Culture la semaine dernière. Selon la version on, Netflix devait lancer son service de vidéo à la demande en en s’installant à Paris et, surtout, en participant au système français de financement de la création. Dans la version off, l’organisation démarrerait depuis Luxembourg. C’est ce qui va se passer, confirme aujourd’hui Les Echos.

Netflix Luxembourg SARL est opérationnelle depuis juillet 2011: elle est en charge du des filiales en Europe. Toutefois, c’est à Amsterdam que le géant californien installera son futur siège opérationnel pour l’Europe. Bref, pas de surprise. Netflix suit scrupuleusement sa stratégie: les précédents lancements en Europe -la Grande-Bretagne et l’Irlande (où Netflix comptait 1,8 million d’abonnés selon le dernier comptage officiel depuis son lancement en janvier 2012), les pays nordiques (Danemark, Suède, Finlande et Norvège depuis octobre 2012) et les Pays-Bas (depuis septembre 2013)- ont tous été opérés, sur le plan juridique, depuis Luxembourg…

Ce choix a valeur de symbole: l’Europe des médias n’existant toujours pas, les grands acteurs préfèrent opérer depuis un pays «sûr». Le niveau français des obligations touchant les services de médias à la demande dérangeait le californien, même s’ils sont d’accord pour co-financer la création.

Selon les estimations de la banque Citi, Netflix pourrait atteindre 5 millions d’abonnés en France à horizon 2020.

Si le Gouvernement français s’étonne, la compagnie américaine n’a jamais caché son intention de développer ses activités en Europe depuis le Grand-Duché.

En aurait-il été autrement pour la filiale française de Netflix aujourd’hui officialisée? Comme le note Le Monde, Il y a une version on et une version off des échanges qu’ont eus les dirigeants américains de Netflix avec les acteurs de l’audiovisuel français et la ministre de la Culture la semaine dernière. Selon la version on, Netflix devait lancer son service de vidéo à la demande en France en s’installant à Paris et, surtout, en participant au système français de financement de la création. Dans la version off, l’organisation démarrerait depuis Luxembourg. C’est ce qui va se passer, confirme aujourd’hui Les Echos.

Netflix Luxembourg SARL est opérationnelle depuis juillet 2011: elle est en charge du déploiement des filiales en Europe. Toutefois, c’est à Amsterdam que le géant californien installera son futur siège opérationnel pour l’Europe. Bref, pas de surprise. Netflix suit scrupuleusement sa stratégie: les précédents lancements en Europe -la Grande-Bretagne et l’Irlande (où Netflix comptait 1,8 million d’abonnés selon le dernier comptage officiel depuis son lancement en janvier 2012), les pays nordiques (Danemark, Suède, Finlande et Norvège depuis octobre 2012) et les Pays-Bas (depuis septembre 2013)- ont tous été opérés, sur le plan juridique, depuis Luxembourg…

Ce choix a valeur de symbole: l’Europe des médias n’existant toujours pas, les grands acteurs préfèrent opérer depuis un pays «sûr». Le niveau français des obligations touchant les services de médias à la demande dérangeait le californien, même s’ils sont d’accord pour co-financer la création.

Selon les estimations de la banque Citi, Netflix pourrait atteindre 5 millions d’abonnés en France à horizon 2020.