Rumeur, mais persistante. Rumeur, mais néanmoins signée , une publication sérieuse. Près de 111.800 emplois (26% des effectifs) pourraient être supprimés. Après onze trimestres dans le rouge, Big Blue s’apprêterait à faire le grand ménage…

pourrait être annoncé incessamment aux Etats-Unis, mais impacterait toutes les divisions dans le reste du monde. Les équipes concernées devraient toutes avoir plié bagage d’ici la fin du mois.

Bien que les porte-paroles d’ n’aient fait aucun commentaire sur cette vague de , Martin Schroeter, directeur financier de la firme, avait déclaré au cours d’une conférence téléphonique avec les analystes financiers qu’il s’attendait à une réduction des dépenses et à rééquilibrage des effectifs de la compagnie, après onze trimestres consécutifs de recul dans ses revenus…

Les Etats-Unis -notamment les entités mainframes et stockage- seraient particulièrement affectées par ce «bain de sang» -une opération dictée par des motivations «purement comptables», selon Forbes Magazine.

«Project Chrome va traumatiser l’entreprise et plonger certains comptes dans une crise immédiate.» La réorganisation qui vise à remplacer la structure en silos actuelle (matériel, logiciels, services) par de nouvelles unités indépendantes -de la R&D au delivery et regroupant tous les axes actuels de développement comme le cloud, l’analytique, la ou bien encore Watson.

La crise est totale. Elle n’est pas limitée aux équipements d’infrastructure. Selon Forbes, Global Technology Services, l’activité de service d’IBM, continue de perdre des clients. Son taux de perte représenterait la taille d’un client tel que Lufthansa toutes les six semaines…

Officiellement, ces rumeurs sont fantaisistes. «Les informations publiées par Forbes ne sont que pures spéculations, d’autant plus que les 600 millions USD de charges de restructuration évoqués par la firme lors de la présentation de ses résultats annuels ne correspondent en aucune façon à 26% des effectifs», a assuré le département de communication d’IBM.

Sommaire
Titre
Un IBMeur sur quatre remercié ?
Description
Selon Forbes Magazine, près de 111.800 emplois (26% des effectifs) pourraient être supprimés.
Auteur