Une vie avant, pendant et après la digitalisation ?

par | Nov 16, 2017 | Expérience | 0 commentaires

Digitalisation… Une vie avant ? Oui, passée, oubliée. Pendant ? Oui, dans le doute permanent. Après ? Un futur qu’on ose à peine imaginer. Intéressante table ronde au cours des Luxembourg Internet Days, le 14 novembre.

«N’ayez pas peur ! Mais avancez, avancez… car vous n’avez pas le choix !» Le conseil de Thierry Geerts, Country Director, Belgium et Luxembourg, Google, invite à franchir le cap de la digitalisation. Et donc à vaincre ses peurs. Car la transformation digitale fait peur, et pas seulement aux plus petites entreprises. C’est que le digital est un levier difficile à actionner pour les entreprises, par leurs propres témoignages, les dirigeants et les managers n’ont pas toujours les méthodes, ni souvent les ressources humaines compétentes en interne, ni même une compréhension structurée de ce à quoi ça va servir.

Intéressante table ronde au cours des Luxembourg Internet Days, le 14 novembre autour d’une question : «Quelle vie avant, pendant et après la digitalisation ?» Pour l’animer, deux modérateurs : Jean-Philippe Boever et Tim Driscoll. «Trop de technologies, les entreprises ont le sentiment de ne pas pouvoir se fixer, estime Monique Bachner, Independant Director and Board Advisor, ILA. Je rencontre des entreprises qui ne parviennent pas à se concentrer, sans cesse en train de s’interroger sur la pertinence de leurs choix, alors même qu’elles savent qu’elles accuseront tôt ou tard une forme de retard.»

Vrai pour les technologies. Et pour les hommes, questionne en écho Alain Wahl, Head of Digital Trust Department, ILNAS. «Sous la pression de l’industrie, on a tendance à nous concentrer sur la dimension technologique de ces transformations alors que les enjeux humains et organisationnels sont tout aussi importants. Dans la majorité des cas, ces derniers ne sont abordés que sous l’angle quantitatif, réduits à la persistante question de l’impact de l’automatisation sur l’emploi. Quid du facteur humain ? Quid de notre propre sentiment d’obsolescence ? Poser cette question c’est évidemment poser celle de la formation. Pour moi, le principal facteur de changement n’est pas la technologie, mais les hommes. Or, j’ai le sentiment qu’on subit l’innovation»

Aller vite coûte cher

C’est que, pour se transformer, les entreprises comprennent qu’il va falloir changer fondamentalement, car il s’agit d’une vraie rupture de pensée et de modèle, un vrai retournement anxiogène, analyse Patrice Witz, Technology Partner, PwC. «Je ressens un besoin de confiance. Or, le plus souvent, celle-ci manque… C’est que pour beaucoup d’entreprises, il n’est pas envisageable de se remettre en cause à ce point, car elles ne comprennent pas l’intérêt de changer puisque, tout va bien pour elles; pourquoi réinventer un modèle économique alors que celui-ci fonctionne encore aujourd’hui ?»

Pour le professeur Etienne de Rocquigny, President, Operation Data, ce manque de confiance est lié au temps. «Evoluer, changer, se transformer… oui. Toutes les entreprises en sont conscientes. Mais comme il s’agit d’une remise en question, tout le monde s’interroge : quand ? Pas trop tard, évidemment. Mais, surtout, pas trop tôt. Aller vite coûte cher ! Or, le marché n’achète pas plus vite. Une PME se sentira plus exposée, ses dirigeants savent qu’ils peuvent tout perdre…»

Pour Thomas Crepon, Client service Director, TNS-ILRES, la technologie peut aussi rassurer. «Prenez la GDPR, le nouveau règlement européen sur la protection des données. C’est un cadre de confiance, un socle qui va permettre de construire. Et, j’en suis persuadé, de renforcer la confiance des clients. Le règlement va permettre d’introduire de nouveaux codes, qui nous manquent aujourd’hui…»

Avancer, avancer…

GDPR et eIDAS. «Ce sont des cadres de confiance, des cadres qui manquaient, rebondit Alain Wahl. Au Luxembourg, ajoutons la réglementation sur l’archivage -unique au niveau mondial. Je pense aussi qu’il ne faut plus penser de façon isolée, et donc aborder la digitalisation de façon isolée. Mais sous forme d’écosystèmes, ce qui suppose l’implication de vos fournisseurs, de vos partenaires au sens large. Airbnb n’est pas une entreprise isolée. C’est un bel exemple d’écosystème.»

Et Thierry Geerts de revenir à son mantra : avancer. «Nous n’avons pas le choix, aucune entreprise n’a le choix : nous assistons à une transformation des cultures et des valeurs de la société : la société a changé, les usages d’achats ont changé, les technologies ont changé, les clients ont changé, le digital a modifié le comportement des clients aussi bien en B2C qu’en B2B, les nouveaux collaborateurs, aussi, ont changé.»

Dans solutions Magazine de Mars

Solutions Magazine consacrera bientôt des dossiers spéciaux sur : GDPR, Collaboration & Video, Home Protection

> Je désire de la visibilité sur ce sujet
> M'abonner au mensuel papier

Pub

Sommaire
Une vie avant, pendant et après la digitalisation ?
Titre
Une vie avant, pendant et après la digitalisation ?
Description
Digitalisation... Une vie avant ? Oui, passée, oubliée. Pendant ? Oui, dans le doute permanent. Après ? Un futur qu'on ose à peine imaginer.
Auteur
Editeur
Soluxions Magazine
Logo