Les attirent moins. Les stagnent. En cause, leurs fonctionnalités limitées, leur dépendance à un smartphone… et leur prix.

Les ventes de wearables stagnent, perte de popularité. Les consommateurs ne semblent pas réclamer de nouveaux modèles année après année comme ils le font avec les smartphones et, dans une moindre mesure, avec les tablettes. Certains d’entre eux délaissent même leurs wearables. Selon Ericsson Consumer Lab, 21% des consommateurs disent que c’est à cause de leurs usages et leurs fonctionnalités limités. En même temps, deux utilisateurs sur cinq disent qu’ils se sentent nus quand ils ne portent pas leur appareil. Et un sur quatre dormirait même avec…

Une autre , menée uniquement aux Etats-Unis, indique qu’un consommateur sur trois a cessé d’utiliser ses wearables dans les six mois après l’achat. En cause ? Une forme de paresse : ces consommateurs estiment fastidieux de penser à recharger leur bracelet connecté ou leur smartwatch… alors que, finalement, leur usage est très limité. Pourquoi, aussi, dépenser des centaines d’euros pour un dispositif supplémentaire, seulement pour recevoir ses e-mails et ses SMS à son poignet… La même indique que si les trackers d’activité ont du succès, ils ne motivent pas pour autant leurs utilisateurs à pratiquer des activités physiques.

Les analystes identifient encore d’autres raisons. Comme la connectivité. Il y a plusieurs modèles de smartwatches disponibles sur le marché, qui ont la capacité de se connecter à Internet via la 3G ou la 4G, mais 9% des personnes interrogées ont répondu qu’elles avaient abandonné leurs appareils à cause de cela. Ne pas pouvoir se connecter à Internet sans Wi-Fi constitue un frein de plus… Soulignée, aussi, la faible durée de vie de la batterie. D’autres critiques comme de mauvais designs, une mauvaise prise en main ou encore le manque d’applications sont également récurrentes à l’égard des wearables. Disparaitront-ils aussi vite qu’ils sont arrivés ?

 

Sommaire
Wearables : pourquoi on s'en lasse si vite
Titre
Wearables : pourquoi on s'en lasse si vite
Description
Les wearables attirent moins. Les ventes stagnent. En cause, leurs fonctionnalités limitées, leur dépendance à un smartphone... et leur prix.
Auteur
Editeur
Solutions Magazine
Logo