Deux professionnels sur trois citent une panne ou défaillance matérielle comme origine de la perte de leurs données; elles étaient 29% en 2010.

Les de s’imposeraient comme la première cause de , tant pour les entreprises et organisations professionnelles que les particuliers, assure à l’issue d’une interne réalisée auprès de 1 066 clients.

A l’inverse, les utilisateurs font moins d’erreur. Alors qu’ils étaient 27% à déclarer avoir perdu leurs données suite à une mauvaise manipulation il y a quatre ans, ils ne sont «plus que» 14% à être à l’origine de l’incident. Pour sa part, la défaillance logicielle compte pour 6% des pertes. «Les pannes de disque dur ont plus que doublé depuis les quatre dernières années et s’imposent comme la cause la plus courante de perte de données», résume Kroll Ontrack.

Si tous les types de média sont concernés, les pannes disques durs classiques s’imposent: 72% des « victimes » déclarent que leur perte de données la plus récente était due au disque dur d’un ordinateur de bureau ou portable.