ICT Spring 2022

ICT Spring

Cloud, 10 tendances à suivre en 2022

Jan 18, 2022 | Cloud | 0 commentaires

Souveraineté, protection des données, liberté technologique et, bien sûr, choix plus responsables… L’opérateur Scaleway explore les 10 tendances du cloud.

L’essor du multi-cloud, tendance forte, va se poursuivre – Le multi-cloud, défini par l’utilisation de plusieurs fournisseurs de cloud, gagnera du terrain en 2022. L’idée ? Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. A raison. Les temps d’arrêt des principaux fournisseurs de services cloud ont montré les risques. La panne majeure d’AWS, ressentie dans le monde entier, a coûté cher. Par opposition, le offre davantage de choix. Ce qui signifie arbitrage de prix et de gestion des risques, tant sur le plan géopolitique qu’en termes de résilience. Plus la continuité des activités tout en réduisant les coûts.

Moins de gestion des serveurs, sauf si c’est nécessaire – L’adoption des architectures modernes d’abstraction du cloud  progressera rapidement, tant côté conteneurs, avec Kubernetes, que côté Serverless. Selon Gartner, d’ici à 2025, 85 % des entreprises utiliseront des conteneurs en production, contre moins de 30 % en 2020. Cette croissance souligne les qualités de cette architecture, à savoir évolutivité et flexibilité. La réduction des coûts et de la complexité permettra non seulement une utilisation plus efficace des ressources, mais accélérera également le travail utile. Moins de temps sera consacré à la gestion de la technologie.

Conteneurs et

Les architectures cloud deviendront de plus en plus modulaires – Au fur et à mesure que de nouvelles applications seront requises, l’architecture du cloud devra devenir plus modulaire. C’est une nécessité pour faire correctement fonctionner ensemble les écosystèmes. Ce phénomène se fait particulièrement sentir avec la généralisation des technologies émergentes. Il est également reflété par les prévisions indiquant un triplement de la taille du marché des microservices cloud entre 2020 et 2025. Il sera impossible de passer à côté de l’agilité, l’évolutivité et l’efficacité de l’architecture microservices. La prédiction faite par IDC en 2018, selon laquelle 90 % des applications seront dotées d’une architecture de microservices d’ici 2022, devrait se confirmer. Pour y arriver, il faudra se concentrer davantage sur les produits de connexion –messagerie et queuing ou observabilité. Ce sont les produits qui feront la différence.

La recherche médicale verra son potentiel s’accroître considérablement grâce à l’IA – L’IA et la robotique vont révolutionner le secteur de la santé, ainsi que d’autres secteurs. Néanmoins, pour exploiter ce potentiel, il faudra s’appuyer sur des solutions de cloud tant centralisées que décentralisées. Place au Edge ! Il reviendra donc aux fournisseurs de services cloud de proposer des solutions de plus en plus efficaces sur le plan énergétique.

Open source… on s’allège !

Open source, la philosophie qui remet sur un pied d’égalité –L’open source sera saluée comme la solution idéale pour assurer des conditions de concurrence équitables. La communauté du logiciel s’éloigne de plus en plus des produits basés sur la propriété intellectuelle et brevetés. Cela signifie que les conditions d’entrée sont considérablement allégées pour permettre aux individus et aux organisations disposant de moins de ressources -qu’il s’agisse de jeunes entreprises, de start-up, d’organisations à but non lucratif, d’organisations de pays en développement, etc.- d’y avoir accès. Des questions demeurent toutefois : qui paie pour un logiciel libre de qualité ? Qui le contrôle réellement ? Les questions ne sont pas encore tranchées.

L’expérience professionnelle des développeurs à l’honneur –  L’expérience professionnelle des développeurs sera un élément clé. De fait, les nouvelles générations attendent des solutions professionnelles la même expérience transparente que les applications personnelles. Lorsque de telles attentes ne sont pas satisfaites, de nouvelles solutions émergeront. De plus, les environnements de travail continueront à évoluer pour faciliter le travail à distance et asynchrone.

Vers des choix plus responsables, tendance forte

Atteindre son objectif sans trahir ses valeurs ! – Les jeunes professionnels recherchent du sens et essaient d’aligner leurs valeurs personnelles avec leur façon de consommer, de et de se divertir. Choisir un fournisseur de proximité, qui fait des efforts en matière de durabilité à long terme, sera tout aussi important pour les travailleurs que pour les consommateurs. Étant donné que 90 % des milléniaux refusent de travailler pour des entreprises qui ne peuvent pas prouver leur durabilité, cette responsabilité deviendra indispensable aux entreprises en 2022.

Des datacenters sous pression – En 2022 et au-delà, la durabilité des datacenters continuera à faire l’objet d’examens attentifs. Les quantités excessives d’énergie et d’eau utilisées par de nombreuses installations sont de plus en plus révélées au grand public. Les acteurs qui, jusqu’à présent, avaient évité les initiatives écologiques au profit de gains financiers à court terme seront donc amenés à agir, grâce à une plus grande et à la pression des institutions et des consommateurs. La discussion écologique portera également sur le code. Les technologies comme seront présentées comme le choix responsable permettant d’utiliser l’énergie informatique sans gaspillage, puisqu’elles ne fonctionnent -et donc ne consomment de l’énergie- que lorsqu’elles sont nécessaires.

Lock-in et conditions de concurrence

Les frais de sortie et les crédits cloud seront contestés – Les frais de sortie sont des frais appliqués par certains fournisseurs lorsqu’un client souhaite quitter leurs services. Les crédits cloud sont des crédits proposés par les mêmes fournisseurs permettant aux entreprises un accès gratuit à leurs offres avant de les soumettre au lock-in par la suite. Ces  pratiques ont longtemps constitué un sujet épineux. Maintenant que le secteur atteint un stade de maturité, il n’est plus possible de fermer les yeux, que ce soit du point de vue de la protection des consommateurs ou sur le plan juridique. L’abolition de ces pratiques est attendue. Les répercussions des autorités de la concurrence devraient être très fortes. On peut parler de tendance lourde.

L’UE va bouleverser les conditions de concurrence – Les fournisseurs européens sont actuellement désavantagés en termes de compétitivité mondiale. Les États-Unis et la Chine, principalement, appliquent des politiques de marchés publics asymétriques. Ces pays et d’autres favorisent les fournisseurs locaux. Un rééquilibrage des conditions de concurrence par la Commission européenne est attendu. Le Digital Markets Act et le en seront les supports. Cela incitera, c’est à souhaiter, l’adoption de stratégies nationales harmonisées.