Plus petits, plus efficients et plus éco-responsables. Les data centers de 2025 n’auront rien à voir avec ceux que nous connaissons.

Un data center sur quatre fonctionnera grâce à l’ solaire. C’est énorme, surtout si l’on sait qu’à peine un sur cent exploite aujourd’hui cette . Et ce n’est pas la première surprise de cette prospective initiée par avec le concours de 451 Research qui, pour la circonstance, a interrogé quelque 800 professionnels du secteur aux quatre coins du monde.

Tout aura bien changé en 2025! Ainsi, près des trois quarts des répondants estiment que 60% au moins de l’informatique sera dans le cloud. Et comme on partagera davantage les ressources, nous n’aurons plus besoin de data centers aussi grands. A entendre 30% des répondants, les diminueront au moins de moitié… Cette réduction de taille devrait favoriser une plus grande flexibilité dans la localisation des data centers. Par contre, elle s’accompagnera d’une augmentation de la densité avec une projection de 50 kW par rack en 2025.

La grande question concerne donc l’énergie. Ou, plutôt, aux les énergie -renouvelables, il va sans dire. Outre le solaire, c’est l’éolien, la géothermie, les piles à combustible et l’énergie marémotrice. Aujourd’hui, ces énergies représentent à peine une peu plus de 10% de la puissance d’un centre de données. En 2025, elles représenteront 50% de la puissance d’un centre de données!

Cette dans l’énergie renouvelable est-elle bien réaliste? Pour le solaire, oui. La question mérite d’être posée. Actuellement, un panneau solaire d’un mètre carré peut générer 800 kWh par an. Pour soutenir une densité de puissance de 6,4 kWh -ce qui est proche de la moyenne pour un rack- il faut donc 8 mètres carrés de panneaux, voire plus lorsque le refroidissement est considéré.

Mais, d’ici là, la densité sera fort différente. Si elle oscille entre 6 et 8 kWh par rack, un professionnel du secteur sur quatre prédit une densité de 80 kWh en 2025; 15% envisagent même les 100 kWh… Le principe des fermes solaires d’Apple fait son chemin, l’idée d’installer le data center près d’un barrage hydroélectrique comme Google aussi. Sauf que, demain, les centres sont nettement plus petits que ces monstres de technologie.

L’automatisation des tâches va également se développer sensiblement avec l’intégration des services DCIM (Datacenter Infrastructure Management); les équipements seront identifiés par des tags et les salles seront opérées automatiquement ou, du moins, avec un minimum d’intervention humaine.

29% des experts s’attendent à avoir une visibilité complète sur tous les systèmes et les couches, tandis que 43% s’attendent à des fonctionnalités d’auto-guérison et d’auto optimisation. Enfin, pour près de trois professionnels sur quatre, le principe du DCIM sera généralisé.

Sommaire
Titre
Data Center 2025, le rapport qui remet tout en question
Description
Plus petits, plus efficients et plus éco-responsables.: les data centers de 2025 n'auront rien à voir avec ceux que nous connaissons.
Auteur