DDoS : l’IoT a fait grimpé l’ampleur des attaques de 60% !

par | Jan 25, 2017 | Expérience | 0 commentaires

La plus forte attaque DDoS (Distributed Denial of Service attack) signalée en 2016 a atteint 800 Gbit/s, soit une augmentation de 60% par rapport aux 500 Gbit/s enregistrés l’année précédente.

Alors que les équipements connectés à l’IoT prolifèrent sur les réseaux au bénéfice des entreprises et des consommateurs, les cybercriminels parviennent à en faire des armes grâce à leurs failles de sécurité intrinsèques. Résultat : l’ampleur des attaques a progressé de 60 %, à 800 Gbit/s en 2016 contre 500 Gbit/s en 2015, note Arbor Networks Inc., la division sécurité de Netscout, qui vient de publier sa 12ème étude annuelle sur la sécurité des infrastructures IP mondiales.

L’étude d’Arbor Networks sur la sécurité des infrastructures IP mondiales révèle que l’innovation des cybercriminels et l’exploitation de l’Internet des objets (IoT) alimentent le paysage des attaques DDoS. Elle approfondit cet aspect, s’intéressant à la façon dont les auteurs des attaques recrutent des objets de l’IoT ou dont fonctionnent des botnets comme Mirai et elle prodigue des conseils pratiques sur la manière de s’en protéger.

La plus forte attaque par déni de service distribué (DDoS) signalée cette année a atteint 800 Gbit/s, soit une augmentation de 60% par rapport aux 500 Gbit/s enregistrés en 2015. Non seulement les attaques DDoS s’amplifient, mais elles deviennent aussi plus fréquentes et complexes. Ce regain d’intensité et de complexité conduit un nombre croissant d’entreprises à déployer des solutions de protection DDoS sur mesure, à mettre en œuvre des meilleures pratiques de défense hybride et à accélérer la réponse aux incidents, autant d’évolutions positives dans un environnement des menaces qui ne laisse par ailleurs guère place à l’optimisme.

 

L’innovation et l’exploitation de l’IoT alimentent le paysage des attaques DDoS

L’intensification massive des attaques s’explique par le regain d’activité de tous les protocoles de réflexion/amplification et par l’instrumentalisation des équipements IoT par des botnets. Depuis la première édition de l’enquête WISR réalisée par Arbor Networks en 2005, l’ampleur des attaques DDoS a progressé de 7900%, soit un taux de croissance annuel cumulé de 44%. Au cours des cinq dernières années, la progression a été de 1233%, pour un rythme annuel de 68%.

Les risques d’être frappé par une attaque DDoS n’ont jamais été aussi élevés, comme le montre les taux d’attaque accrus rapportés par les participants à l’enquête. 53% des opérateurs indiquent avoir été victimes de plus de 21 attaques par mois, soit une hausse de 44% par rapport à l’année précédente. 21% des exploitants de datacenters ont enregistré plus de 50 attaques par mois contre seulement 8% l’an passé. 45% des participants appartenant à des entreprises, administrations ou établissements d’enseignement ont subi plus de dix attaques par mois, soit une augmentation de 17% d’une année sur l’autre.

Des vecteurs d’attaque multiples sont de plus en plus utilisés pour cibler simultanément différents aspects de l’infrastructure d’une victime. Ces attaques multivecteurs sont répandues car elles peuvent être difficiles à parer et souvent d’une grande efficacité, soulignant la nécessité d’une défense agile, à plusieurs niveaux. Ainsi, 67 % des opérateurs et 40 % des entreprises, administrations et établissements d’enseignement déclarent avoir observé des attaques multivecteurs sur leurs réseaux.

Recevez les prochains articles par email, tous les mardi

Dans solutions Magazine de Mars

Solutions Magazine consacrera bientôt des dossiers spéciaux sur : GDPR, Collaboration & Video, Home Protection

> Je désire de la visibilité sur ce sujet
> M'abonner au mensuel papier

Pub

Sommaire
DDoS : l’IoT a fait grimpé l’ampleur des attaques de 60% !
Titre
DDoS : l’IoT a fait grimpé l’ampleur des attaques de 60% !
Description
La plus forte attaque DDoS (Distributed Denial of Service attack) signalée en 2016 a atteint 800 Gbit/s, soit une augmentation de 60% par rapport aux 500 Gbit/s enregistrés l'année précédente.
Auteur
Editeur
Soluxions Magazine
Logo