Repli des de la . Une première depuis 2009, largement imputable à la régulation drastique des tarifs maximaux de la terminaison d’appel. A 534,7 millions EUR, la est de 5,2%, conséquence directe de la régulation des tarifs maximaux de la terminaison d’appel, se doit de constater l’ILR (Institut Luxembourgeois de Régulation)

Tout sauf une surprise. Voici quelques jours, Mobistar avait déjà annoncé des résultats en demi-teinte pour sa filiale Orange. Et émis des réserves sur l’avenir… En réalité, tous les sont à la peine. Ici et ailleurs.

Comme le note l’, cette baisse intervient après des années de croissance continue au , alors que dans la plupart des marchés européens, les revenus baissent depuis deux ou trois ans selon les pays. Depuis six ans, au , les revenus mobiles affichaient une plus forte croissance que les revenus fixes. En 2014, ils ont fondu de 13,2% à 270,7 millions EUR; ils se retrouvent pratiquement au même niveau que les revenus fixes (264 millions EUR, en croissance de 4,7%).

Les services d’interconnexions internationales entrantes ont enregistré la baisse la plus sensible : – 49,3% à 8,72 millions EUR en 2014, alors que le volume des interconnexions entrantes n’a diminué que de 9%; les opérateurs mobiles (- 57,1%) ayant été davantage touchés que les opérateurs fixes (-6,6%). Une situation propre au Luxembourg : petit pays avec une large économie ouverte…

Ces résultats pour 2014 ne tiennent évidemment pas compte des développements liés à l’annulation par le tribunal administratif en mars 2015 de la décision de l’ILR de janvier 2014 sur les tarifs de terminaisons mobiles. Rendez-vous, donc, dans un an. La configuration aura à nouveau changé.

 

Sommaire
En 2014, les revenus de la téléphonie mobile ont reculé de 5,2%
Titre
En 2014, les revenus de la téléphonie mobile ont reculé de 5,2%
Description
Téléphonie mobile : première baisse des revenus depuis 2009, largement imputable à la régulation drastique des tarifs maximaux de la terminaison d'appel.
Auteur