Le data center en mode

par | Juil 26, 2016 | Dossier, Nouvelles récentes | 0 commentaires

SDDC : meilleure prestation et accélération des services, simplification et réduction des coûts. C’est là, à portée de main.

Pour le moment, le moyen le plus simple et le plus rapide de bénéficier des fonctionnalités d’un SDDC (Software-defined Data Center) consiste à déployer une solution d’infrastructure convergée, tout en prêtant une attention toute particulière à la gestion et à la prise en charge des API, notent Cisco et NetApp -à l’origine de la solution .

Tous les composants de l’infrastructure disposent des fonctionnalités sous-jacentes nécessaires. UCS prend en charge des profils de service qui simplifient le déploiement et le déplacement des charges de travail des applications; UCS prend également en charge une vaste gamme d’hyperviseurs, ce qui permet d’assurer efficacement l’indépendance vis-à-vis de leurs fournisseurs.

L’objectif d’un SDDC, expliquent les deux partenaires, est d’accélérer la prestation de services pour les utilisateurs et les propriétaires d’applications, de réduire les coûts et de simplifier l’environnement.

Pour y parvenir, il faut aller bien plus loin que les tâches de provisionnement basiques; être en mesure de fournir rapidement des services intégrés à toute l’infrastructure. Les ressources de calcul, de réseau et de stockage doivent être définies et gérées au niveau du logiciel pour créer un data center totalement automatisé, axé sur les applications et qui respecte les règles en vigueur.

Homogénéité

Pour faire simple, un SDDC a besoin de deux fonctionnalités indispensables : simplicité de gestion (possibilité de personnaliser la gestion via des API et capacité d’utiliser les outils de son choix) et simplicité de programmation (les applications doivent pouvoir provisionner et accéder aux services directement depuis l’infrastructure IT si nécessaire). Il s’agit donc de préserver une certaine homogénéité dans toute l’infrastructure.

Si l’on considère les ressources de calcul, il est facile de conclure que la virtualisation des serveurs et des postes de travail suffit à satisfaire les exigences de calcul d’un SDDC. Mais ce n’est pas le cas. Les environnements virtualisés présentent presque toujours des défis matériels associés à divers éléments, comme la version du BIOS, le micrologiciel et le jeu d’instruction du processeur. Les incompatibilités peuvent engendrer des contraintes ou des complications. De plus, une partie, si ce n’est la majeure partie des data centers, combine toujours des serveurs virtualisés et des serveurs sans système d’exploitation. Idéalement, un SDDC peut gérer des serveurs sans système d’exploitation avec la même dextérité que des serveurs virtuels et peut prendre en charge toutes les charges de travail de manière similaire.

Le rôle majeur de Cisco UCS consiste à fournir des profils de service qui fonctionnent au niveau de la couche physique et qui peuvent travailler de concert avec l’infrastructure virtuelle en place. Les profils de service garantissent la bonne configuration de l’environnement de serveurs sous-jacent pour tout ce qui est exécuté sur le serveur, qu’il s’agisse d’un seul hyperviseur, de plusieurs hyperviseurs ou d’une installation sans système d’exploitation.

A considérer aussi, la multiplicité des hyperviseurs. Cisco développe les fonctionnalités d’UCS et le logiciel UCS Manager pour favoriser la flexibilité et la facilité de gestion, tout en suivant la tendance du Software-defined. Toutes les API de l’environnement sont exposées et UCS fonctionne avec tous les hyperviseurs (, Microsoft, , et ). La gestion UCS peut évoluer verticalement pour gérer plus de 10 000 serveurs (via UCS Central).

Côté réseaux, les principales exigences relatives au réseau d’un SDDC sont la prise en charge multiprotocole et la programmation et gestion ouverte. Cela consiste principalement à prendre en charge les divers protocoles SAN et NAS qu’un data center peut exiger, qu’il s’agisse d’un SDDC ou d’un autre type de data center. On compte notamment Fibre Channel et/ou Fibre Channel over Ethernet (FCoE) pour la prise en charge du protocole SAN, ainsi que les réseaux IP pour prendre en charge les protocoles iSCSI et NAS, comme NFS et CIFS.

Un seul câble suffit entre les serveurs et le stockage pour prendre en charge n’importe quel protocole NAS ou SAN. Bref, on câble une fois, puis on utilise le logiciel pour définir le trafic qui transite par ce câble. Par conséquent, l’infrastructure peut répondre à toutes les exigences sans aucune modification physique.

La programmation et la gestion doivent être ouvertes -une évidence pour tout composant qui se veut «Software-defined». Dans ce domaine, Cisco a développé ONE (Open Network Environment), qui permet d’utiliser l’infrastructure réseau existante tout en ajoutant des services et de nouvelles technologies pour tirer parti de nouvelles opportunités. ONE intègre parfaitement les services et l’infrastructure réseau sous-jacente aux environnements applicatifs afin d’assurer la communication entre les applications et l’infrastructure et de permettre à cette dernière de mieux répondre aux demandes des applications. De nouveaux modèles professionnels font donc facilement leur apparition et les développeurs peuvent communiquer directement avec le réseau sans connaître toutes les complexités et tous les sous-systèmes sous-jacents.

Dans un SDDC, la gestion et la programmation sont tout aussi importantes au niveau de la couche de stockage que dans les couches de calcul et de réseau. s’est concentrée sur une approche du SDS (Software-defined Storage) globale. Le système d’exploitation ONTAP propose des services de stockage via des SVM (Storage Virtual Machines) qui offrent des fonctionnalités similaires à celles des machines virtuelles et des hyperviseurs des serveurs. Outre les systèmes FAS, prend également en charge les baies de stockage tierces via V-Series, le matériel ordinaire et l’intégration aux fournisseurs de services clouds.

Trois approches de gestion

Enfin, dernier domaine et non des moindres : gestion et orchestration. Il existe trois approches en matière de gestion et d’orchestration :

  • les CIM (Converged Infrastructure Managers) qui gèrent les serveurs, les réseaux et le stockage depuis une fenêtre unique;
  • les plateformes de gestion du cloud de fournisseurs tels que Microsoft et VMware, mais aussi des principaux acteurs en termes de gestion comme CA et BMC;
  • les API ouvertes de bout en bout qui permettent de programmer l’infrastructure.

La solution FlexPod couvre les trois domaines décrits précédemment. UCS Director, basé sur l’acquisition récente de Cloupia par Cisco, assure la gestion des infrastructures convergées en jouant le rôle de gestionnaire CIM doté de fonctionnalités prêtes à l’emploi pour FlexPod. UCS Director prend également en charge d’autres éléments de votre data center, ce qui simplifie la transition depuis une infrastructure traditionnelle vers un modèle d’infrastructure convergée. De plus, FlexPod s’accompagne de gestionnaires d’éléments dédiés à chaque couche de l’infrastructure, notamment Cisco UCS Manager et NetApp OnCommand System Manager. Cisco et NetApp ont suivi une stratégie de gestion résolument ouverte pour FlexPod, ce qui permet de prendre en charge une vaste gamme d’options de gestion, notamment des solutions courantes telles qu’OpenStack, CA, Cisco Intelligent Automation for Cloud, Microsoft System Center et bien d’autres.

Des API sont publiées pour chaque aspect de la solution FlexPod, ainsi que des directives détaillées sur les exigences en matière de gestion de FlexPod. Cela signifie que des fournisseurs indépendants de logiciels et les développeurs internes des clients peuvent tirer parti de toutes les fonctionnalités de la plateforme.

Recevez les prochains articles par email, tous les mardi

Dans solutions Magazine de Novembre

Solutions Magazine consacrera bientôt des dossiers spéciaux sur : Energy Efficiency, Interactive Board, Data Loss Prevention.

> Je désire de la visibilité sur ce sujet
> M'abonner au mensuel papier

Pub

EMC

 
 

kompass
Sommaire
Le data center en mode SDDC
Titre
Le data center en mode SDDC
Description
SDDC : meilleure prestation et accélération des services, simplification et réduction des coûts. C'est là, à portée de main.
Auteur
Editeur
Soluxions Magazine
Logo