Retour au monde d’avant, non merci !

Juil 7, 2021 | Workplace | 0 commentaires

Une étude réalisée pour Okta confirme une évidence : le monde d’avant la crise sanitaire n’attire plus De là à le renier, il n’y a qu’un pas…

Non au retour au monde d’avant ! Le est désormais une nécessité managériale. La crise sanitaire a obligé à une bascule générale et brutale en télétravail. Si un retour au bureau a constitué un soulagement face à l’isolement, cela ne signifie pas que les collaborateurs veulent renoncer totalement à la qualité de vie associée au télétravail, estime Okta, à l’issue de la deuxième édition de l’étude «Future of Work».

Quelque 10.000 travailleurs interrogés (avec l’aide de Censuswide) dans huit pays européens. Et cette évidence : le retour à la situation antérieure est inenvisageable. Et cela même si 21 % des répondants confirment que leur employeur n’a fait aucune proposition pour aller dans ce sens

Le travail ubiquitaire devient une nécessité managériale. Autrement dit : chacun veut pouvoir travailler là où il souhaite. 71 % des répondants voudraient rendre illégale l’obligation du travail 100 % Le , du lundi au vendredi, c’est fini ! 60 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles souhaiteraient travailler de manière asynchrone après la pandémie. Ceci malgré le fait que 56 % admettent qu’ils n’avaient jamais entendu le terme de travail asynchrone auparavant

Le télétravail devient une exigence

Premier avantage du travail asynchrone, la productivité (39 %). De là, la possibilité de mieux concilier travail et vie personnelle (54 %). Si la tendance est nette, les avis sont partagés en fonction de l’âge, observe Okta. Alors que 64 % des 16-34 ans interrogés choisiraient de travailler dans un environnement de travail asynchrone, 52 % des plus de 55 ans choisiraient de ne pas travailler de manière asynchrone s’ils en avaient la possibilité.

Alors que 26 % des plus de 55 ans choisiraient de travailler à temps plein au bureau, ce chiffre est tombé à 16 % pour les 16-34 ans. Au lieu de cela, 46 % de cette tranche d’âge souhaiteraient une approche de travail hybride à l’avenir, contre 34 % des plus de 55 ans.

Alors que les commencent à accéder à des rôles décisionnels, ils façonneront l’environnement de travail qui les entoure, Okta. Et il est clair qu’ils veulent de la et la possibilité de choisir où, quand et comment ils travaillent.

 

Sommaire
Retour au monde d'avant, non merci !
Titre
Retour au monde d'avant, non merci !
Description
Une étude réalisée pour Okta confirme une évidence : le monde d'avant la crise sanitaire n'attire plus De là à le renier, il n'y a qu'un pas...
Auteur
Editeur
Soluxions Magazine
Logo