, déjà leader de la convergence, franchit une nouvelle étape de l’.

«Nous avons inventé le marché de l’infrastructure convergée», estime ainsi Tom O’Reilley, Chief Technology Officer EMEA, VCE. De fait, si elle était déjà présente sur le marché de l’hyperconvergence avec sa plateforme VxSpex Blue, la coentreprise VCE entre VMware, et franchit une nouvelle étape avec l’appliance ciblant davantage les PME et les filiales de grands groupes.

Fondée en 2009 par , Cisco (qui s’est partiellement désengagée entre-temps) et EMC (outre une petite participation d’Intel), la coentreprise VCE a introduit dès 2010 sa plate-forme Vblock intégrant les capacités de calcul, de stockage et de connectique au sein d’une seule et même infrastructure convergée. A l’époque, il n’était pas encore question d’hyperconvergence, mais de convergence. Aujourd’hui, soit six ans plus tard, IDC considère VCE comme le leader avec 24,1% (chiffres du 1er trimestre 2015), devant le tandem Cisco – NetApp (22,6%) et HPE (17,8%). De même, Vblock représente un chiffre d’affaires de l’ordre de 2 milliards USD sur un marché de la convergence estimé par les analystes à 10 milliards USD environ, en croissance à 2 chiffres.

Briques de base

Capitalisant sur son acquis technologique, VCE lançait en février 2015 VSPEx Blue, une appliance hyperconvergée s’appuyant sur la plateforme EVO:Rail de VMware, basée sur l’hyperviseur vSphere et sur la solution de Software-defined Storage VSAN, le tout associé à une interface de configuration et de gestion simplifiée. Ainsi, étant donné que le stockage est intégré aux serveurs, le déploiement et la configuration de la plateforme sont considérablement simplifiés. Point fort : une infrastructure prête à l’emploi en 15 minutes. Côté performances, VMware parle d’environ 20.000 IOPS (input-output per second), soit la performance d’une baie de stockage d’entrée de gamme déjà bien configurée. De même, la capacité délivrée peut atteindre 14,4 To bruts par appliance, en associant des disques SSD et SAS.

Quelques mois plus tard, VCE étendait l’offre avec VxRack. En pratique, une architecture scale-out conçue pour accueillir des milliers de serveurs et pilotée par le Software-defined Storage ScaleIO synonyme de flexibilité et d’évolutivité maximale, ce qui la destine aux applications cloud, mobiles et de réseaux sociaux. Trois modèles VxRack System 100 sont proposés et permettent d’aller de 4 nœuds à… pas moins de 1.000 nœuds.

L’hyperconvergence pour les petits

Avec le VxRail, lancé voici quelques semaines, VCE poursuit sur la voie de l’hyperconvergence, mais en ciblant un autre type de marché. «Avec VxRack, nous nous adressions surtout aux très grands centres de données unifiés, alors que nous destinons VxRail aux petites et moyennes entreprises, ainsi qu’aux filiales et départements de grandes organisations, explique encore Tom O’Reilley. Un cible pour laquelle la facilité de déploiement, de maintenance et d’administration est encore plus importante.» Autre atout avancé, une évolutivité accrue ainsi que des coûts réduits par rapport à des configurations basées sur des serveurs, du stockage et de la réseautique classiques, le tout dans le cadre d’un cloud privé.

Précisons que l’offre VxRail System 100 Series est disponible en trois modèles, avec des serveurs Quanta et des commutateurs Nexus de Cisco. «Nous permettons maintenant à nos plus petits clients d’accéder aux fonctionnalités jusqu’ici disponibles uniquement pour les grandes organisations», ajoute le CTO européen de VCE. Et d’évoquer notamment le logiciel de sauvegarde EMC Avamar ou encore la solution de protection des données EMC RecoverPoint qui permet une réplication à distance de machines virtuelles.

Concurrence interne et externe

«Le marché de l’hyperconvergence est un segment nouveau et en pleine croissance. évoque une progression de l’ordre de 60% au cours des quatre prochaines années, ce qui fera passer le marché à 4 milliards USD, notamment tiré par la virtualisation du poste de travail, indique encore Tom O’Reilley. Et nous sommes le premier des grands fournisseurs informatiques à proposer ce type de solution.»

Il faut dire que le marché est surtout composé de start-up : Nutanix (qui travaille avec Dell sur sa plateforme Xtreme Computing), SimpliVity (qui a collaboré avec Cisco sur sa solution OmniStack) ou encore Atlantis Computing (qui compte Dell et Cisco parmi ses partenaires). Autre acteur de poids : HPE au départ d’une offre hyperconvergée sur la base de ses serveurs ProLiant. Et, enfin, Cisco qui fait son entrée sur le marché de l’hyperconvergence avec son appliance de stockage HyperFlex basée sur la plateforme HALO de Springpath.

Quant au rachat de EMC par Dell, il ne devrait pas, toujours selon Tom O’Reilley, changer fondamentalement la donne. «Michael Dell s’est félicité d’intégrer VCE dans Dell et nous considère comme un partenaire de valeur.» Et d’insister, encore, sur le fait que tant Dell que VMware travaillent avec de nombreux partenaires sur le marché.

Quant aux évolutions technologiques possibles, «Vblock continuera d’exister, tandis que VxRail devrait profiter de la technologie Dell en matière de serveurs», envisage Tom O’Reilley, sans pour autant s’avancer davantage. Quant à VSPEx Blue, «son développement ne sera pas poursuivi Reste évidemment à attendre les décisions pratiques qui seront prises une fois le rachat d’EMC par Dell totalement finalisé.

Sommaire
Hyperconvergence phase 2.0 pour VCE
Titre
Hyperconvergence phase 2.0 pour VCE
Description
VCE, déjà leader de la convergence, franchit une nouvelle étape de l'hyperconvergence.
Auteur
Editeur
Soluxions Magazine
Logo