, Digital et Customer Experience étaient les trois thèmes mobilisateurs de l’édition 2015. En toile de fond, l’European Digital Single Market, adopté le 6 mai dernier pour briser les barrières régulatrices avec les 28 états de l’Union européenne; un marché qui pourrait représenter quelque 415 milliards EUR et créer des centaines de milliers d’emplois. De quoi expliquer la venue des 4000 visiteurs à l’, «une manifestation organisée à ses débuts pour mettre le Luxembourg sur la carte et qui figure aujourd’hui parmi les dix premières nations IT du globe», notait en ouverture de l’événement Jean Hilger, Senior Vice President, BCEE.

«L’industrie sera uberisée !», lance sans ménagement, , co-founder & CEO, Kantox, . Skype a réformé la téléphonie, Netflix le cinéma, etc. «Pour être dans le coup, il faut être là où les chose se passent !». La première vague du fintech fut verticale et concernait les , la finance personnelle, etc. La seconde touche aujourd’hui la banque avec les relations en ligne, l’expérience utilisateur, la transparence et les prix, deux domaines où les banques peuvent faire mieux !

Une «FinTech bank» doit avoir une plate-forme de travail construite ab initio; une couche API connectée aux trois parties; une compliance/KYC infrastructure et procédures et, enfin, une licence reconnue. Toujours, selon Philippe Gelis, elle doit aussi limiter ses produits aux fonds, comptes, cartes de crédit et de débit, et e-wallet… Et sous-traiter les autres produits bancaires à un tiers.

«La digitalisation est un mot que nous aimons», révèle , Director of EMEA Innovation Center, Bank of New York Mellon. Inutile de préciser que sa banque fait son crédo du FinTech et de ses solutions à la clientèle. Des contacts soutenus avec une plate-forme taillée pour rencontrer les problèmes réels du client et aller jusqu’à anticiper ses besoins. Une plate-forme qui conduit également le quotidien de la banque et l’aide à innover pour changer. Toujourds selon Leda Glydis, «le problème n’est pas technologique, il est humain et les ruptures sont rarement là où on les imagine !»

La pulsion digitale est un excellent moteur pour comprendre ce qui se passe à l’intérieur. Trois étapes sont indispensables : la capture des données, leur stockage  et leur analyse en vue de l’action, dernier point où se pose le challenge humain. «La manière dont les banques font de l’argent a changé. De nos jours, les clients s’informent, apprennent lentement pour certains, plus vite pour d’autres. Les vieilles habitudes doivent s’effacer et faire place à de nouveaux modes opérationnels. La formation des personnels bancaires doit devenir transversale». Et de terminer en invitant «les banques toujours construites sur le manque de envers les systèmes à s’ouvrir aux réalités et, surtout, à truster les technologies FinTechs». Tout un programme !

Jean-Claude Quintart

 

«Uberiser», verbe aux multiples significations

«Uberiser». On se souvient du mot lancé par , président de Publicis,  dans son interview accordée au Financial Times en décembre 2014: «Tout le monde a peur de se faire ‘uberiser !»

Uber est jeune, Uber est allé vite, Uber n’est pas tout à fait légal, Uber est tout à la fois un ovni, une chimère, un exemple. Ceux qui en ont peur aujourd’hui sont les mêmes qui n’avaient pas daigné baisser les yeux vers leurs pairs de l’industrie culturelle, qui s’est fait «naspteriser», «youtubiser» et finalement «netflixiser» il y a bien longtemps. Le monde de l’édition, puis à peu près toute la distribution, s’était fait «amazoniser» dans l’indifférence la plus totale. La presse s’était fait «googliser» sous les moqueries, l’industrie de la connaissance avait été «wikipédiée» pour le plus grand bonheur de tous. Quant à l’hôtellerie, si elle se faisait «airbndbiser», c’est qu’elle n’avait que ce qu’elle méritait ! Bref, quand on parle d’ «uberisation», on fait du neuf avec du vieux. Recette classique : énoncer le mal pour vendre le remède.

 

Sommaire
ICT SPRING 2015 - L’industrie sera «uberisée» !
Titre
ICT SPRING 2015 - L’industrie sera «uberisée» !
Description
«L’industrie sera uberisée !», lance sans ménagement, Philippe Gelis, co-founder & CEO, Kantox, Innotrine Alumnus.
Auteur