: gagner une médaille d’or sans l’aide des technologies d’avant-garde n’est plus possible, la différence entre la gloire olympique et l’anonymat se mesurant en dixièmes, en centièmes, voire en millièmes de seconde.

Le sport peut-il bénéficier des innovations de rupture ? Peut-on accorder sport et technologie. Est-ce bon pour le sport ou cela menace-t-il son avenir ? Ces questions et bien d’autres encore ont animé un débat entre , CEO, Teqball et , German Football Manager & Former Player, au cours d’ICT Spring 2016.

Une victoire olympique est désormais à la fois une affaire de sport, de technologie et de finances. Aucune technologie, fut-elle la plus avancée, ne peut remplacer les trois ingrédients indispensables à la victoire : le talent sportif, l’intelligence de l’entraîneur et les longues heures d’entrainement ! Cependant, gagner une médaille d’or sans l’aide des technologies d’avant-garde n’est plus possible, la différence entre la gloire olympique et l’anonymat se mesurant en dixièmes, en centièmes, voire en millièmes de seconde.

Le sujet est récurrent et brûlant. La technologie peut-elle entrer dans les stades de football et les courts de tennis afin de déterminer si la balle a dépassé la ligne, si elle est ‘in’ ou si elle est ‘out’ ? Pour Lothar Matthaus, «les enjeux sont importants en réputation comme en capitaux. Si le but est inscrit, il est inscrit… même si c’est la technologie qui a aidé à la décision de l’arbitre.» Malgré ce fair-play de l’ex-joueur du Bayern de Munich, cette approche demeure pour beaucoup une rupture. Et de demander si l’arbitre est encore un arbitre lorsque, in fine, c’est la technologie qui donnera le point ou le refusera ! Eclairer ou décider à sa place ? En reprenant la vidéo du célèbre match Angleterre-Allemagne, de la finale de Coupe du monde 1966, le fameux but accordé à l’Angleterre n’en était pas un. L’Allemagne devait donc gagner !

Profitant de son passage à Luxembourg, Vaclav Huszar a présenté son , 1er équipement de sport basé sur le principe du football pour entraîner les professionnels et les amateurs ou mesurer leurs performances. Créé sur base de travaux empiriques et de calculs mathématiques et physiques, le Teqball permet à la balle de rebondir sur toutes les parties de la table et d’être suivie par la Teqbox, ordinateur qui traque en temps réel la balle et les joueurs. En professionnel, Lothar Matthaus considère cet équipent comme une avancée pour apprendre les techniques de jeu, améliorer celles-ci, comprendre les fautes et les manquements et aussi se faire plaisir !

 

Sommaire
ICT Spring 2016 - Sport et techno
Titre
ICT Spring 2016 - Sport et techno
Description
Sport : gagner une médaille d'or sans l'aide des technologies d'avant-garde n'est plus possible, telle est la différence entre gloire olympique et anonymat
Auteur
Editeur
Soluxions Magazine
Logo