Vingt ans aujourd’hui ! Entreprise née de la dématérialisation de documents pour les institutions européennes en avril 1995, Numen Europe a ancré dans son ADN le métier d’opérateur de pour le traitement digital de documents sensibles, qui lui permet aujourd’hui de s’ouvrir à l’externalisation de métiers.

«Alors que le ( Process Outsourcing) est notre piler, nous évoluons -tout en le renforçant- vers le (Business Process Outsourcing), explique , Directeur Général, Europe. Une évolution somme toute logique partant que derrière chaque processus il y a au moins un document !»

Il y a vingt ans, Numen Europe naissait sous le nom d’Olsy, société connue pour avoir emporté le projet initié par l’Office des Publications Officielles des Communautés Européennes basé au Luxembourg; un projet d’envergure puisqu’il s’agissait de dématérialiser les journaux officiels, assurer leur archivage électronique et leur dissémination (fax, Internet). Officiellement, c’est Infotechnique, filiale d’Olsy, qui mena à bien ce projet.

De 1995 à 2002, quelque 12 millions de JO (11 langues officielles) ont été dématérialisés et archivés. Jusqu’en 1997, Infotechnique a été une société quasi mono projet et mono client. Certifiée ISO 9001, elle s’est ensuite diversifiée, emportant les projets AMALFI (24 millions EUR / 5 ans) et Consleg (20 millions EUR / 4 ans). Rachat, entretemps, de la société luxembourgeoise SISEG. En 2008, Infotechnique est vendue par Getronics-KPN (ex Olsy) à la société française Diadeis et devient Diadeis Benelux, qui gagne des projets importants comme FP7. 2011 : Numen rachète Diadeis. 2012 : Diadeis Benelux devient Numen Europe.

, Président du Groupe Numen, est son administrateur-délégué; David Gray est nommé Directeur Général.

2015, nouvel essor

Numen Europe devient PSF de Support et ISO 27001 (PSDC ready), renforcement commercial au Luxembourg et à l’international et, surtout, mise en place de nouvelles offres stratégiques… C’est ainsi que Numen Europe s’est engagé dans le traitement des ordres pour , mettant en place une solution de traitement automatisé des ordres sur les fonds d’investissement. Aujourd’hui encore, l’apport d’un service complet comprenant la transformation d’ordres reçus par fax en messages électroniques ainsi que leur envoi en format ISO via des réseaux sécurisés serait unique.

Diversification, encore, avec la création à Luxembourg du premier centre de gestion externalisée de courriers entrants, qui traite actuellement 10 000 plis par jour. Numen couvre toute la chaîne de traitement, de la capture (transport, numérisation…) à la valorisation (indexation, saisie de données, structuration…), le routage des documents en fonction des contraintes de l’entreprise (modification de workflow, approbation, dépôt…) jusqu’à la distribution sur différents supports (composition, impression, communication digitale, intégration avec des logiciels d’entreprise, ECM et archivage électronique).

L’extension vers le BPO est là

«Les briques technologiques sont en place. Si, déjà, nous gérons les factures entrantes et sortantes de nos clients, nous pouvons aussi bien gérer leur outil comptable !» Le constat de Marc Le Vernoy illustre bien l’orientation. «Depuis vingt ans nos clients nous confient ce qu’ils ont de plus précieux: leurs documents sensibles; nous leur proposons aujourd’hui de prendre en charge leurs processus les plus complexes et les plus sensibles.» CQFD.

Ikea France, par exemple, a confié au groupe la dématérialisation des bulletins de paie de ses collaborateurs et la gestion des CV entrants. Ce faisant, Numen a introduit la notion de coffre fort -intégrée au projet d’ECM pour lequel le groupe avait été initialement consulté. Désormais, chaque employé accède à ses informations personnelles : congés, formations, notes de frais, déclarations sociales, attestations diverses… C’est un exemple d’usage; on peut en imaginer d’autres.

Tout est en place pour accélérer le mouvement

Numen a beaucoup investi ces dernières années, notamment à travers l’acquisition de quatre sociétés en trois ans. Dont Cimail, troisième éditeur ECM (Enterprise Content Management) et coffre fort en France. «Il était primordial de maîtriser les briques d’archivage, de gestion de contenu et de coffre fort électronique qui, désormais, composent la plupart des solutions documentaires souhaitées», enchaîne Marc Le Vernoy. Entre-temps, la part des activités liées à la dématérialisation et aux systèmes d’information est passée de 10 à 55% du chiffre d’affaires total du groupe. Corollaire de cette acquisition, la commercialisation de la suite Easyfolder en mode SaaS (Software-as-a-Service) à travers un canal de distribution qui se met en place. S’appliquant à de nombreux métiers -dont l’immobilier, les secteurs juridique et financier, les ressources humaines ou encore les collectivités- elle permet à Numen Europe de s’ouvrir à de nouveaux marchés.

On verra donc Numen Europe aborder de nouveaux marchés. Comme la santé, par exemple. Avec, déjà, des premières références. Dont la mise en place d’un outil permettant l’archivage des informations sensibles, la simplification des consultations et l’optimisation des coûts. Dans le retail, encore, avec la mise en place de nouvelles stratégies relationnelles cross-canal, omni-canal ou multicanal.

De la banque ou l’assurance, ses terrains de prédilection, au retail il n’y a qu’un pas : être capable de déployer les outils pour fidéliser les clients.

 

Sommaire
Marc Le Vernoy: Numen Europe accélère son passage du DPO au BPO
Titre
Marc Le Vernoy: Numen Europe accélère son passage du DPO au BPO
Description
Numen Europe a ancré dans son ADN le métier d’opérateur de confiance pour le traitement digital de documents sensibles
Auteur