Ecran 12 pouces inclinable, stylet, écran HD, trackpad amélioré… L’hybride, qui combine en un seul objet PC ultraportable et tactile, est de belle facture et a passé avec un certain succès les tests de nombreux magazines, blogs et sites spécialisés.

Si les précédentes versions de Surface Pro proposaient avant tout une tablette dotée -éventuellement- d’un , cette V3 prétend combiner le meilleur des deux et s’impose comme une référence dans le domaine des PC hybrides.

La croissance de ce segment est exponentielle -plus rapide que celle des tablettes: 64 millions d’unités devraient être vendues en 2014, contre 9 millions en 2012. , on le sait, joue gros: son activité est en perte. Et la concurrence est rude: le MacBook Air d’Apple et son design affûté.

«Les deux objets s’adressent à des publics différents et ne sont pas ‘marketés’ de la même façon, faire passer les utilisateurs de l’un à l’autre est un challenge que Microsoft s’est donné», assure l’éditeur de Windows.

En revanche, les prix des différentes versions de la Surface 3 n’ont rien à envier à ceux des produits Apple. Le modèle de base (processeur i3 avec 64 GB de capacité de stockage et 4 GB de RAM) coûte 799 EUR, auxquels il faut ajouter 130 EUR pour le clavier amovible. Et ce pour une mémoire déjà occupée à 50% par Windows. C’est l’équivalent d’un iPhone puissant, mais pour un PC, c’est un peu juste. A l’autre bout de la fourchette de prix, la version à 512 Go de mémoire, 8 GB de RAM et processeur Intel 7 se vend à 1.949 EUR, un prix très élevé pour un hybride. Le problème, explique Microsoft, est que les clients pensent toujours qu’un PC doit être bon marché…

La Surface Pro 3 ne peut toutefois pas prétendre intégrer la grande famille des ultrabooks d’Intel. D’une part parce qu’elle est livrée sans clavier et, d’autre part, à cause de son module Wi-Fi, de marque Marvel. Elle est toutefois compatible avec les normes 802.11 n/ac pour surfer à très grande vitesse. Une connexion Bluetooth 4.0 est également de la partie. Elle est d’ailleurs indispensable pour associer le stylet livré avec la SP3.

Objet essentiel fourni avec la tablette: le stylet pour écrire sur la dalle tactile -bel objet en aluminium brossé, intégrant une mine aux multiples points de pression. Microsoft assure que l’on peut écrire et dessiner avec une grande exactitude. On peut également marquer ou signer électroniquement des fichiers et des documents. Ainsi, la Surface Pro 3 serait la première tablette convenant aux métiers créatifs et graphiques. D’un clic, l’utilisateur ouvre une page vierge dans Microsoft OneNote. Le stylet facilite également la navigation. De nombreux sites ne sont pas encore optimisés pour être utilisés à l’aide d’un écran tactile et les cases des menus déroulants peuvent être très petites. Grâce au stylet, ce point ne constituera plus un problème.

Des adaptateurs VGA et HDMI sont également disponibles pour connecter un écran externe ou une TV, ainsi qu’un port USB 3.0 pour brancher tous les périphériques possibles. Une station d’accueil est aussi disponible en option; elle compte trois ports USB 3.0 et deux ports USB 2.0. Vous augmentez ainsi le nombre de ports USB ainsi que les vitesses de réseau Ethernet afin de pouvoir brancher un écran HD, une souris, un clavier, une imprimante, des haut-parleurs et d’autres périphériques. La station d’accueil est également connectée au réseau électrique pour que vous puissiez recharger votre Surface Pro 3.

A découvrir chez , distributeur exclusif.

Sommaire
Titre
Surface Pro 3 disponible chez POST Telecom!
Description
Si les précédentes versions de Surface Pro proposaient avant tout une tablette dotée -éventuellement- d'un clavier, cette V3 prétend combiner le meilleur des deux et s'impose comme une référence dans le domaine des PC ultra-portables hybrides.
Auteur