«Un CEO averti en vaut deux !» en 4

Août 31, 2020 | Workplace | 0 commentaires

Nouveau programme des Rencontres Stratégiques du Manager de . Au coeur des conférences, la gestion de risques : financiers, juridiques technologiques… et humains.

Février 2009. «C’est entendu, cette crise est financière ! Pour en sortir, il suffit de ramener les banquiers malfrats dans le droit chemin et de relancer l’économie réelle. Cela prendra du temps, mais la politique assainira la finance et le capitalisme sera sauvé.» C’était il y a onze ans. Et si ce n’était pas vrai, questionne alors dans son livre «Ceci n’est pas une crise». Et si nous étions collectivement responsables ? Est-ce que la seule chance de faire face aux défis mondiaux qui s’annoncent était d’accepter que ce n’est pas une simple crise financière… mais bien la fin d’un monde ?

Septembre 2020, «Un CEO averti en vaut deux» est le titre choisi pour la rencontre que le cabinet de conseil BSPK organise entre des CEO et managers avec Philippe Dessertine. Si, entre-temps, une pandémie est venue bousculer nos certitudes, les mêmes questions restent posées. Dans ce pamphlet, l’auteur, professeur à l’université de Nanterre et directeur de l’Institut de Haute Finance à Paris, passe toutes nos illusions à la paille de fer. Et de brosser le tableau d’une véritable rupture de civilisation.

Nous sortir de l’impasse

Si la démonstration est implacable, son développement n’a qu’un objectif : poser le premier jalon d’une réflexion qui pourrait nous sortir de l’impasse. Et, peut-être, déboucher sur la naissance d’un monde plus juste.

Luxembourg, jeudi 17 septembre. Philippe Dessertine viendra présenter son ouvrage. Il viendra aussi répondre aux questions des invités des Rencontres Stratégiques du Manager organisées par BSPK.

De septembre à décembre 2020, ce ne sont pas moins de dix conférences inspirantes et disruptives sur le management et l’entrepreneuriat qui seront organisées à Bruxelles, Liège et au Luxembourg par le cabinet de conseil.

Un cycle de conférences dédiées au management

«Faire en sorte que les CEO, chefs d’entreprises et managers puissent avoir rendez-vous avec eux-mêmes. Mais aussi relever le nez du guidon et prendre une bouffée de bon sens managérial le temps d’une conférence ! » souligne Henri Prévost CEO de BSPK.

Au service et à l’écoute des entreprises soucieuses de valoriser leur potentiel, le cabinet -basé au Grand-Duché de Luxembourg- se veut prioritairement humain tout en étant résolument stratégique et pragmatique. Tout comme le médecin qui fait un bilan de santé, BSPK opère un état des lieux des entreprises, du management, de la stratégie et décèle ainsi les voies et vecteurs d’amélioration.

Vu le succès des éditions les années précédentes avec notamment des orateurs tels que le Général des Armées françaises (auteur de «Servir» et «Qu’est-ce qu’un chef  ?»), le philosophe William Piccione (auteur de «Notre éducation, nos croyances, un crime contre nous-mêmes» et «Guérir l’esprit, détoxiquer le mental») et le Docteur en Management et Économie, Olivier Torres (auteur de «La santé des dirigeants»), BSPK a naturellement relancé un cycle de conférences dédiées au management.

La technologie peut-elle devenir humaniste ?

Jeudi 24 septembre, toujours à Luxembourg, , auteur de «Un pouvoir implacable et doux», enchaînera avec «Les CEO et la digitalisation : reste-t-il une place à l’humanité du management ?» Il fut l’un des principaux dirigeants d’Astrium, puis d’Airbus Industries après être passé au Quai d’Orsay où il a développé les questions de technologie.

Pour Philippe Delmas, la «tech» a créé un modèle économique nouveau, aujourd’hui accéléré par la crise du COVID-19. Et si elle répond à bien des questions, elle en pose tout autant. Car si la tech change nos façons de vivre, de travailler et de penser, elle n’est pas forcément sensible à l’humain.

Le rôle social de l’entreprise et sa raison d’être sont indissociables d’une réflexion sur le rôle social de la tech : comment penser cette dernière pour qu’elle devienne humaniste et inclusive ? Et donc comment le CEO doit-il l’aborder ? 

Pas d’euphorie, pas de sur-optimisme 

Nouvelle conférence, jeudi 8 octobre, sur le thème «Les CEO face à l’analyse de risques et la prise de décisions» avec Frédéric Pierucci et Philippe B. Aton. Une prise de décision est stratégique quand et parce qu’elle comporte un élément de risque. Cette décision a alors deux composantes : la probabilité d’arriver au résultat et la valeur qu’on lui attribue.

Nous avons tous tendance à penser que le futur nous sourira plus que le passé. C’est le biais de l’euphorie ou du sur-optimisme. Il se manifeste par exemple dans les prévisions de vente qui sont parfois surfaites, souvent surestimées. Mais il est d’autres risques, plus importants, que, souvent, nous ne voulons voir.

Le risque… au plus près

Pour en parler, deux hommes qui ont une expérience précise du risque. Frédéric Pierucci relatera son expérience carcérale dans une prison de Manhattan en 2013 alors qu’il était Vice-Président chez Alstom. Arrêté par le FBI à l’aéroport de JFK à sa descente d’avion, il est accusé d’ «avoir participé à des faits présumés de corruption en Indonésie dans le cadre d’un contrat qu’Alstom a obtenu en 2003». Il côtoiera pendant plus d’un an les membres les plus éminents du grand banditisme, dont El Chapo, le baron de la drogue mexicain. Son ouvrage, «Le piège Américain», relate sa descente aux enfers.

Pour sa part, Philippe B. Aton est un ancien membre de GIGN. Son livre «GIGN : confessions d’un ops» relate ses 15 années passées dans cette unité d’élite. Il a notamment participé à l’assaut de l’imprimerie où se cachaient les frères Kouachi après les attentats terroristes de Paris. Dans un deuxième ouvrage, «Féral : cette force qui existe en nous», il explique son cheminement physique et psychique, ainsi que les moyens qu’il s’est donnés pour atteindre ses objectifs : intégrer une unité d’élite, percer dans le cinéma, ou tout simplement d’avancer dans la vie… et lui donner un sens.

L’humain fera la différence

Enfin, jeudi 10 décembre, présentera, à travers une quarantaine de portraits, «Les héros du Coronavirus». Des femmes, beaucoup de femmes, et des hommes, en première ligne. De l’infirmière au médecin généraliste, de l’urgentiste au radiologue, de l’ambulancier à l’ingénieur. Tous œuvrent sans compter depuis des mois pour soigner, permettre de respirer, survivre. Un hommage, bien sûr. Mais aussi la mise en lumière de ces professionnels de la santé, tour à tour lanceurs d’alerte, militants ou inventeurs de solutions d’urgence.

La pandémie a mis à mal et continue à mettre à mal beaucoup d’entreprises qui ont montré leur fragilité, mais aussi leur humanité. «Il n’est de richesses que d’Hommes !» Pour BSPK, l’humain fera la différence. Plus encore en ces temps incertains. L’ADN de l’entreprise, c’est l’addition de tous les profils et de tous les talents de ceux qui la composent

La crise sanitaire et son lot d’interrogations

L’analyse de risques et la prise de décision guideront les conférenciers tels un fil rouge. «Le COVID-19 nous a fait prendre conscience que la vie est courte pour les entreprises… et pour les humains pour qui le temps ne doit pas être long sans activité. », conclut Henri Prévost, CEO de BSPK Management. Savoir s’adapter est essentiel à la survie d’une entreprise.

Lorsqu’on parle d’analyse de risque et de prise de décision dans le cadre de la gestion d’une affaire, on touche à de nombreuses thématiques, qu’elles soient financières, juridiques ou humaines. La récente crise sanitaire a aussi amené son lot d’interrogations et d’inquiétudes auxquelles le cabinet BSPK Management s’efforce de répondre dans ses missions quotidiennes. 

Informations complémentaires et inscriptions :  info@bspk.lu

Ces articles parlent de "Event"

Follow this topic

Sommaire
«Un CEO averti en vaut deux !» en 4 Rencontres
Titre
«Un CEO averti en vaut deux !» en 4 Rencontres
Description
Nouveau programme des Rencontres Stratégiques du Manager de BSPK. Au coeur des conférences, la gestion de risques : financiers, juridiques technologiques... et humains.
Auteur
Editeur
Soluxions Magazine
Logo