Soluxions magazine internet days Luxembourg

Luxembourg Internet days 2022

Windows 11, les entreprises peu enthousiastes

Avr 19, 2022 | Workplace | 0 commentaires

L’adoption de Windows 11 reste limitée en entreprise en raison des contraintes matérielles exigées par Microsoft.

55 % des appareils analysés par Lansweeper ne peuvent être mis à niveau vers Windows 11. En effet, alors que 91 % des appareils Microsoft analysés ont réussi le test de RAM, seulement environ la moitié des TPM (Trusted Platform Module) des postes de testés répondaient aux exigences. De plus, 19 % ont échoué. Et 28 % n’étaient pas compatibles avec le TPM ou ne l’avaient pas activé, révèle Lansweeper.

Compte tenu de ces résultats, il est clair que beaucoup de devra être fait pour être prêt pour Windows 11. De toute évidence, le nouveau système d’exploitation a des exigences système plus strictes.

Une tâche colossale sans automatisation

Pour installer Windows 11, les appareils doivent avoir un processeur 1 GHz (ou plus rapide) avec deux cœurs ou plus sur un processeur 64 bits ou SoC. Ils ont également besoin de 4 Go de RAM et d’au moins 64 Go de stockage. Les mises à niveau automatiques vers Windows 11 ont des exigences système supplémentaires. Entre autres, la capacité de démarrage sécurisé et l’activation de TPM 2.0. Ce qui rend la mise à niveau encore plus difficile. Les appareils qui ne répondent pas à ces exigences ne peuvent tout simplement pas être mis à jour.

Pour les entreprises disposant de milliers de machines Windows, la préparation de la mise à niveau de Windows 11 serait une tâche colossale sans automatisation. Plus encore sans un inventaire des ressources informatiques à jour. Il serait impossible de trouver tous les appareils à l’aide de processus manuels sur papier. En effet, de nombreuses organisations ont abandonné des actifs informatiques inactifs mais toujours connectés au réseau. On ne peut mettre à jour des machines inconnues !

Pas de raisons que cela change

Sans une visibilité complète sur le parc informatique, les organisations pourraient potentiellement perdre des heures et un budget important à inspecter manuellement machines. Et cela sans parler du risque de manquer des machines obsolètes dont ils ne connaissent pas l’existence

« Bien que le taux d’adoption augmente petit à petit, il est évident que les mises à niveau de Windows 11 ne vont pas aussi vite que Microsoft l’avait espéré. C’est très net dans l’environnement commercial, note Roel Decneut, Chief Strategy Officer, Lansweeper. De nombreuses organisations ont été découragées d’avoir à acheter de nouvelles machines qui remplissent ces conditions. D’autres sont simplement satisfaites de l’existence actuelle de Windows 10 qui continue d’être pris en charge jusqu’en 2025. »

Pour Lansweeper, il n’y a pas de raisons que cela change… à moins que les entreprises ne reçoivent une raison impérieuse de se mettre à niveau. « Pour ceux qui cherchent à adopter Windows 11, la première étape consiste à évaluer lesquels de leurs appareils existants sont capables de mettre à niveau », enchaîne Roel Decneut.