En Europe occidentale, 54% des institutions financières remboursent les dommages dus aux fraudes sur Internet à leurs clients sans conduire aucune investigation! Et près d’une sur trois estime que les coûts induits par ces cyber-attaques est moindre que ceux nécessaires à assurer un bon niveau de . Alors que les cyber-criminels visent de plus en plus les en ligne, estiment les experts de , ce genre d’attitude risque d’engendrer des coûts significatifs…

De nombreuses organisations gérant des paiements en ligne sont prêtes à accepter les coûts induits par les cyber-attaques. 28% des représentants d’institutions financières et 32% des employés de boutiques en ligne à qui on a posé la question sont convaincus que le total des dommages causés par le , y compris le remboursement de l’argent volé, n’excède pas les coûts de mise en place de solutions de sécurité appropriées. Seulement 19% des institutions financières et 7% des acteurs du marché en ligne facturent les coûts de compensation de leurs clients pour les trois causes de fraude Internet les plus importantes.

Près de quatre millions d’utilisateurs des produits de Kaspersky Lab ont été confrontés en 2013 à des logiciels malveillants financiers visant à voler leur argent (une augmentation de 18,6% par rapport à 2012). Pour l’éditeur de solutions de sécurité, il est clair que la croissance continue des cyber-crimes va irrémédiablement mener à une situation où les coûts engendrés par les remboursements que payent les institutions seront supérieurs à ceux de la protection des transactions financières et des budgets de compensation.

«Les institutions financières ne devraient pas seulement provisionner de grosses sommes d’argent dans leurs budgets pour l’argent volé à leurs clients, mais également pour couvrir le coût de dépôts de plainte par leurs clients, estime Martijn van Lom, Managing Director Benelux, Kaspersky Lab. Des solutions personnalisées prévues pour protéger les transactions en ligne peuvent réduire les risques de fraude sur Internet jusqu’à un minimum. Ceci signifie que les ressources réservées à la compensation seraient libérées et pourraient être utilisées au développement de l’entreprise.»

Un autre argument de poids pour l’utilisation de solutions de sécurité spécialisées est la négligence des clients. Une ancienne enquête de Kaspersky Lab montre que 57% des utilisateurs ne prennent (presque) pas en compte la sécurité de leurs paiements en ligne, parce qu’ils pensent que leur banque fera ce qu’il faut. Ceci augmente le risque de devenir la cible des cyber-criminels.

Sommaire
Titre
Une institution financière sur deux accepte les dommages dus aux cyber-crimes!
Description
En Europe occidentale, 54% des institutions financières remboursent les dommages dus aux cyber-crimes à leurs clients sans conduire aucune investigation!
Auteur