11 à la peine

Déc 12, 2022 | Data Center | 0 commentaires

11, le plus récent OS de Microsoft, équipait un peu plus de 16% du parc de PC sous Windows en novembre 2022. Soit une hausse de moins d’un point en un mois. Dur, dur…

16,13 % du parc installé de PC sous en novembre 2022, contre 15,45 % le mois précédent. 11 peine à trouver son rythme de croissance. 

Dévoilé l’an dernier, 11 est disponible depuis le 5 octobre 2021 sous forme d’une mise à niveau automatique et gratuite d’appareils compatibles fonctionnant sous 10. Mais des difficultés persistent quant aux spécifications matérielles requises pour installer et mettre à niveau l’OS. C’est là où le bât blesse, estime Statcounter. Les particuliers peuvent encore hésiter à se lancer. Et des millions de postes de travail en entreprise ne peuvent toujours pas être basculés vers 11, comme a relevé récemment le gestionnaire belge d’actifs IT Lansweeper

Certes, Microsoft permet l’installation manuelle de 11 quel que soit le CPU. En revanche, pour une mise à niveau automatique, trois composants critiques -processeur (CPU) à nouveau, mémoire vive (RAM) et module de plateforme sécurisée (TPM)- doivent répondre aux exigences requises pour exécuter l’update. Autant d’impératifs qui freinent encore une diffusion plus massive de Windows 11.

Patience 

Le prédécesseur, 10, équipait encore 69,77 % de tous les PC sous Windows en novembre, contre plus de 70 % un mois plus tôt. La v7 disposait de 10,24 % du parc et Windows 8.1 de 2,54 %. Les parts de la v8 et de XP étaient inférieures à 1 %. 

Rien de bien surprenant toutefois. Les entreprises déploient le plus souvent un nouvel OS majeur jusqu’à 18 mois après son lancement, rappelle The Register. Plusieurs fabricants de PC espèrent donc un renouvellement massif du parc informatique porté par 11 sur le segment professionnel du marché en 2023. 

 

Tous systèmes confondus, Windows reste l’OS de référence pour les postes de travail (desktop), avec une part de marché de plus de 75% le mois dernier à l’échelle mondiale. Arrivent ensuite OS X d’Apple (15,6 %), Linux (2,77 %) et ChromeOS (2,46 %). Les OS « inconnus » se partagent 4 % du parc desktop et FreeBSD se contentent de 0,01 %.