Faire ou faire faire? Une éternelle question. Sauf pour qui a d’emblée choisi la deuxième option, préférant se concentrer sur la criticité de sa mission de plateforme d’enchères.

«Quelques 12.000 enchères par an. Par comparaison avec d’autres plateformes d’enchères, dans d’autres secteurs, le volume n’est certes pas si élevé. Il en est autrement si l’on considère le montant en valeur des enchères et l’importance de ces négociations pour toute l’économie européenne, explique , Operations Manager, CASC.EU.Bon an mal an, les échanges intra-frontières représentent plus de 400 térawatts/heure; le seul transport de cette énergie s’élève à plus de 1,5 milliard d’EUR. C’est dire la criticité de ces opérations. Le droit à l’erreur n’est même pas envisageable. C’est pourquoi, côté IT, nous avons préféré externaliser.» 

CASC.EU (Capacity Allocation Service Company.EU) agit en tant que société de services et comme un guichet unique chargé de mettre en oeuvre et de faire fonctionner les enchères liées à l’allocation de la capacité de transport d’énergie entre les pays. Ses actionnaires, les GRT (Gestionnaires de Réseaux de Transport) qui exploitent des réseaux de transport d’électricité, sont chargés du fonctionnement des réseaux à haute tension dans leur zone de contrôle respective. Une activité hautement sensible et en constante évolution.

«Notre tâche est très précise: organiser et faire fonctionner les enchères relatives à l’allocation annuelle, mensuelle, journalière et intra-journalière de la capacité de transport d’électricité entre la plupart des pays d’Europe occidentale, commente Frederik Johnsen. En soi, nous n’avons pas besoin d’importantes ressources sur le plan humain -nous sommes moins d’une vingtaine de personnes à Luxembourg-Hamm. En revanche, nous devons pouvoir compter sur un dispositif technologique hautement évolué. Nous opérons sur une plateforme développée par Alstom et tout le système d’information de l’entreprise repose sur les infrastructures et les compétences d’

L’entreprise, de droit luxembourgeois, est née en octobre 2008 sous l’impulsion de sept GRT de la région Centre Ouest Européenne (France, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas). Depuis, l’empreinte européenne de CASC.EU s’est étendue et couvre maintenant non seulement la région Centre Ouest Européenne mais également, les frontières électriques de l’Italie et de la Suisse du Nord ainsi qu’une partie de la Scandinavie et de la péninsule Ibérique. 

«Concrètement, cela signifie une extension sensible de notre champ d’action. Donc: plus d’enchères, de plus gros volumes d’énergie transportés et toujours plus de criticité en fonction des enjeux. En cela, le choix d’EBRC est rassurant pour nos actionnaires, estime Frederik Johnsen. Nous pouvons croître sans avoir à nous soucier du système d’information: tant les capacités que les compétences sont disponibles.»

Qui plus est, le marché est très fluctuant. Actuellement, la demande en capacité de transport d’électricité ne cesse d’augmenter, observe-t-on chez CASC.EU. Il s’agit donc de la vendre de la façon la plus efficiente qui soit, mais aussi de favoriser l’intégration des marchés locaux dans un marché plus vaste, encore amené à s’étendre et au sein duquel les règles sont harmonisées.

«Dans la mesure où notre activité n’a cessé de croître, nous ne pouvions plus nous permettre de garder notre infrastructure IT auprès du prestataire précédent. Un choix s’imposait: soit nous doter d’une équipe d’informaticiens en interne, soit confier la mission à un acteur spécialisé, poursuit Frederik Johnsen. En rencontrant EBRC, nous avons initialement songé à exploiter leurs installations dans un double contexte -Disaster Recovery et Business Continuity- pour renforcer l’existant.» 

En fait, EBRC a su mettre en avant ses atouts en abordant le projet CASC.EU en tant que «Business Partner» impliqué dans les fonctions opérationnelles vitales de son client. Ceci étant permis par une organisation en un One-Stop-Shop spécialisé dans la gestion de l’information hautement sensible. Parmi la gamme complète de services de «Trusted Services Europe» développée par EBRC, les offres «» et «Trusted Managed Services» répondaient parfaitement au dossier CASC.EU.

«Le choix s’est opéré au cours de l’été 2013, à l’issue d’une analyse du scope. Au total, depuis les premiers contacts jusqu’à la mise en production, six mois à peine ont été nécessaires. La migration a été opérée la nuit, entre les enchères de la veille et les premières de la journée. Seul constat de nos clients : une accélération des transactions!»

Aujourd’hui, CASC.EU profite d’une disponibilité de 99,995% ainsi que d’un niveau de compétence qui lui aurait été -structurellement- impossible à aligner dans de tels délais. «Nous n’avons pas choisi un fournisseur, mais un partenaire, justifie Frederik Johnsen. Dans la mesure où il est possible que nous soyons amenés à proposer, à terme, des produits financiers liés à la capacité de transport d’électricité, nous aurions dû -tôt ou tard- nous tourner vers des professionnels de l’IT, ceci en vertu de la réglementation stricte au Luxembourg édictée par la pour ce type d’activités, exigeant le statut PSF. Nous avons donc anticipé de futurs besoins potentiels.»

Sommaire
Titre
Les enchères de CASC.EU passent par le cloud de EBRC
Description
Aujourd'hui, via EBRC, CASC.EU profite d'une disponibilité de 99,995%
Auteur